Chile Excepción » Chili par régions » Centre du Chili

Région centrale du Chili : Santiago, Valparaiso. Information tourisme.

Laguna del Inca, Santiago, Casablanca, Valparaiso, Cajón de Maipo, Sewell, vallée de Cachapoal, Santa Cruz.

SANTIAGO - voir notre dossier spécial

La capitale du Chili est située au centre du pays, dans une belle vallée dominée par la cordillère des Andes. Fondée en 1541, Santiago est aujourd’hui une grande métropole moderne d’environ 6 millions d’habitants. L’historique place d’Armes, l’exceptionnel musée d’art précolombien, le palais présidentiel de la Moneda, le Cerro San Cristóbal et son splendide panorama, le quartier bohème de Bellavista…

VALPARAISO - voir notre dossier spécial

La Perle du Pacifique, la ville aux ascenseurs, étape de navigateurs et aventuriers… Valparaiso reste un port mythique, la ville chilienne la plus connue au monde. Son classement au Patrimoine de l’humanité par l’Unesco en 2003 l’aide à retrouver une nouvelle jeunesse, à rénover les belles résidences de style anglais, à redonner un lustre aux jolies maisons de toutes les couleurs perchées sur les collines qui dominent la baie en forme d’amphithéâtre. Une ville bourrée de charme qu’il faut arpenter d’une colline à l’autre, par les funiculaires et tous ses passages un peu secrets.

ÎLE DE PÂQUES - voir notre dossier spécial

Très loin des côtes chiliennes (3.700 km) et isolée en plein milieu de l’océan Pacifique, l’île de Pâques dépend administrativement de la Ve Région de Valparaiso. Monument historique, parc national et Patrimoine culturel de l’humanité, l’île de Pâques reste un site mystérieux et passionnant avec ses célèbres statues géantes, les Moais, la culture Rapa Nui et les volcans.

ILES CRUSOE - voir notre dossier spécial

À 650 km des côtes chiliennes, l’archipel Juan Fernández est à la fois parc national et réserve mondiale de biosphère en raison de la richesse comme de la rareté de la faune et de la flore locales. Trois îles le composent: la célèbre île Robinson Crusoé, l’île Alejandro Selkirk, du nom du marin qui inspira le personnage littéraire de Robinson, et l’îlot Santa Clara. Un seul village de 600 habitants, San Juan Bautista. L’accès à l’archipel est difficile.

SANCTUAIRE NATUREL LAGUNA CONCHALÍ

Près de Los Vilos, zone humide protégée par la Convention de Ramsar, et la mine voisine Los Pelambres, qui en assure la conservation. Une centaine d’espèces d’oiseaux migratoires viennent nidifier dans ce sanctuaire de la nature d’une cinquantaine d’hectares. La station balnéaire de Los Vilos, en pleine expansion, présente un lieu original, le Bodegón cultural: un ancien entrepôt transformé en centre culturel avec expositions et atelier de céramique.

LOS MOLLES

Village de pêcheurs devenu une importante station balnéaire à moins de 200 km de Santiago. Outre la longue plage de sable, le site offre de belles balades sur la côte rocheuse avec un arrêt au Puquén, des grottes sous-marines dans lesquelles l’eau vient se jeter dans un fracas assourdissant. Des lions de mer ont élu domicile sur un îlot à 100 mètres de la côte. Los Molles est aussi l’un des spots de plongée les plus intéressants du Chili.

ZAPALLAR - voir notre dossier spécial

Dans une jolie petite baie entourée de collines boisées, Zapallar est une station balnéaire assez sélect avec d’élégantes résidences secondaires dotées de jardins pleins de fleurs. Une promenade, la Rambla, longe la mer et la plage de sable blanc.

MONUMENT NATUREL ISLA CACHAGUA

Cette petite île de 4,5 hectares a été classée monument naturel afin de protéger une importante colonie de manchots de Humboldt ainsi que des loutres marines (ou chungungo), espèce en danger d’extinction. L’accès à l’île est interdit mais on peut voir les manchots depuis le village de Cachagua, une station balnéaire familiale.

MAITENCILLO

Station balnéaire qui s’étire le long d’une belle route au ras des flots. Maitencillo est aussi un lieu très recherché par les pêcheurs, qui peuvent participer à d’importants concours. Un immense complexe touristique, Marbella Resort, s’est installé, avec parcours de golf, cours de tennis, terrain de foot, hôtels, restaurants…

QUINTERO - HORCÓN

Station balnéaire très fréquentée pour sa proximité avec Santiago (155 km) et ses 16 plages offrant toutes sortes d’activités: bateau, surf, ski nautique, plongée, balades à cheval au bord de l’eau, promenades dans les dunes de Ritoque. De l’autre côté de la baie, la crique de pêcheurs Horcón, un endroit pittoresque apprécié des artistes et artisans, très fréquenté les week-ends et qui retrouve son calme hors saison.

PARC NATIONAL LA CAMPANA

Dans la cordillère de la Costa, entre 400 et 2.000 mètres d’altitude, ce parc de 8.000 hectares a été créé en 1967 pour protéger la flore autochtone, notamment le cocotier du Chili, le plus gros des palmiers, et le chêne de Santiago. Dans le secteur Palmas de Oca, un sentier de 6 km permet d’accéder à un mirador donnant sur une belle cascade de 30 m; un autre de 12 km conduit au cœur d’une exceptionnelle forêt de palmiers, dont le tronc peut atteindre 25 m de hauteur, une espèce endémique qui a failli disparaître en raison de sa surexploitation. Il faut compter une journée entière pour monter jusqu’au Cerro La Campana, à 1.920 m, en accédant au parc par le secteur Granizo.

LOS ANDES

À mi-chemin entre l’océan Pacifique et la cordillère, Los Andes, comme sa voisine San Felipe, peut constituer une étape sur la route des vins de la vallée de l’Aconcagua, notamment pour connaître la cave Errázuriz, l’une des mieux cotées du Chili. La ville est un important nœud commercial dans ces vallées agricoles fertiles, plantées de vignes et de vergers, et est connue pour sa céramique artisanale. Le centre historique a été classé zone typique. Dans le proche village de Curimón, le couvent franciscain, fondé en 1583 pour évangéliser les Indiens, est ouvert à la visite. Autre centre religieux: le sanctuaire de Santa Teresa de Los Andes, qui attire des centaines de milliers de fidèles vénérant la première sainte chilienne, canonisée en 1993.

PUTAENDO

Village qui mérite un petit détour, à 28 km au Nord de Los Andes, Putaendo a conservé les traces de sa longue histoire. Le site est habité depuis des centaines d’années lorsqu’arrivent au XVe siècle les Incas, qui y font passer leur fameuse route, le « Camino del Inca ». Puis la région attire les Espagnols, qui ont découvert des gisements d’or. Enfin, c’est le premier village où l’armée de libération a fait étape en 1817, au temps des guerres d’indépendance. Le long de la grande rue, beaucoup de maisons ont gardé leur façade en adobe des XVIIIe et XIXe siècles, peinte de deux couleurs. D’anciens bâtiments, comme Los Portalones de Juan Rozas et la Rinconada de Guzmán, ont été reconvertis en galeries d’art ou centres culturels.

LAGUNA DEL INCA, PORTILLO

De Los Andes, la route 60, particulièrement tortueuse pour monter rapidement en altitude, conduit vers la frontière argentine. Juste avant le poste, la Laguna del Inca, magnifique lac émeraude enchâssé dans le Nevado Tres Hermanos à 2.880 m, est une étape obligée. L’hôtel Portillo offre une grande baie vitrée sur le lac depuis sa salle à manger. Sentiers de randonnée en été, ski en hiver: Portillo est une station chilienne réputée, la seule à avoir accueilli un championnat mondial de ski (1966). Le tunnel du Cristo Redentor permet de passer entre les deux pays quand l’hiver n’est pas trop rude. Le monument au Cristo Redentor, une statue en bronze perchée à 4.200 m, rend hommage à l’Armée des Andes et symbolise la paix entre les deux pays.

SANCTUAIRE NATUREL YERBA LOCA

Magnifique sanctuaire naturel à seulement 25 km de la capitale par le Cajón de Mapocho, très apprécié les week-ends. Le sentier du Glaciar (30 km aller-retour) mène de Villa Paulina aux glaciers suspendus de La Paloma et El Altar à travers des paysages de haute montagne couverte de neige éternelle, de vallées traversées par des rivières aux eaux cristallines. Trekking, équitation et randonnée sur glace sont des activités autorisées dans ce sanctuaire de la nature.

EL COLORADO, FARELLONES, LA PARVA

Villa El Colorado et Villa Farellones constituent la station de sports d’hiver la plus populaire, à 32 km de Santiago. Domaine skiable de 60 km avec 62 pistes, situé entre 2.430 et 3.333 m. La Parva, 6 km plus loin, se distingue par la beauté de son paysage, avec vue sur la vallée de Santiago. C’est aussi celle qui propose la plus grande offre d’hébergement (6.000 lits). Domaine de 38 km et 30 pistes, interconnecté avec la station Valle Nevado.

VALLE NEVADO

La plus grande station de sports d’hiver du Chili, à 44 km de Santiago et 3.000 m d’altitude. La saison de ski court de juin à octobre mais des activités sont également organisées l’été: cheval, trekking, VTT, ascension du Cerro El Plomo (5.400 m). Le centre a été créé en 1988 en s’inspirant de la station française des Arcs. 37 km de pistes pour tous les niveaux, trois hôtels de luxe, appartements, piscine chauffée, gymnase, huit restaurants… font de Valle Nevado une station de ski assez sélect.

VALLÉE DE CASABLANCA

Le vignoble des vallées de Casablanca et San Antonio, au Sud de Valparaiso, est planté de cépages blancs, chardonnay et sauvignon blanc pour l’essentiel. À quelques kilomètres de l’océan, il bénéficie d’une influence maritime et de fortes amplitudes thermiques entre le jour et la nuit qui favorisent la lente maturation du raisin. Les vendanges ont lieu plus tard que dans les autres régions vinicoles, entre la mi-mars et fin avril. Plusieurs caves sont ouvertes à la visite: Indómita, Viñamar, William Cole, Casas del Bosque, ou Matetic dans la vallée de San Antonio.

VIÑA DEL MAR - voir notre dossier spécial

Surnommée la ville jardin en raison de ses nombreux espaces verts, Viña del Mar offre de grandes plages et de somptueux palais construits du XIXe siècle jusque dans les années 1930 par la riche bourgeoisie de Valparaiso: Quinta Vergara, Palacio Carrasco, Palacio Rioja, Castillo Wulff, Casino, etc.

ISLA NEGRA

Isla Negra n’est pas une île mais un village de pêcheurs au Sud de Valparaiso. Pablo Neruda y avait construit une de ses excentriques maisons, sur une colline face à la mer. Le poète amassait quantité d’objets hétéroclites, avec une prédilection pour les restes de bateau, quitte à leur construire une pièce spécialement pour les ranger. Cette maison ouvrant sur le Pacifique l’inspirait particulièrement, il y vécut jusqu’à sa mort, quelques jours après le coup d’État de 1973. Sa dépouille n’a pu y être enterrée qu’en 1992, après le retour à la démocratie.

CAJÓN DE MAIPO

Étroite vallée qui serpente dans la cordillère en longeant la rivière Maipo. En partant de Santiago, on traverse d’abord le vignoble puis des hameaux et des installations permettant de pique-niquer ou faire du kayak dans la tumultueuse rivière. Le village de San José de Maipo a été fondé en 1792 et garde quelques maisons en adobe de l’époque coloniale, ainsi qu’une pittoresque église. À San Alfonso, on peut accéder à la cascade de las Animas dans un sanctuaire de la nature. Après San Gabriel, la route n’est plus goudronnée, le paysage devient aride, jusqu’au verdoyant Lo Valdés et au centre thermal Baños Morales, point d’accès au monument naturel El Morado. Possibilité aussi de bifurquer jusqu’à El Yeso, une réserve d’eau potable à 3.000 m, dont la couleur turquoise offre un joli contraste avec les ocres de la montagne et la neige des sommets.

MONUMENT NATUREL EL MORADO

Très beau parc de 3.000 hectares à explorer d’octobre à mars, à la belle saison. Le sentier de randonnée court dans une végétation de montagne jusqu’à des sources d’eau minérale, au lac El Morado à 2.400 m et au pied du glacier San Francisco. Les alpinistes, ou andinistes, pourront tenter l’ascension jusqu’au Mirador del Morado (4.320 m) ou s’attaquer au difficile mais somptueux sommet El Morado (5.060 m). La faune du parc comprend de nombreuses espèces d’oiseaux, dont le colibri géant (30 cm).

RÉSERVE NATIONALE RÍO CLARILLO

À 45 km au Sud de Santiago, sur la commune de Pirque, la réserve Río Clarillo offre de belles balades dans les paysages de la précordillère. Aires de pique-nique au bord de la rivière, bassins naturels dans lesquels on peut se baigner, et trois sentiers d’interprétation. L’occasion de découvrir la faune (pigeon du Chili, lézard chilien) et la flore (quillay, peumo, boldo, litre) d’une des dernières forêts sclérophylles (arbres à feuilles persistantes) de la zone centrale.

MUSEO ANDINO VIÑA SANTA RITA

C’est curieusement au milieu des vignes de la cave Santa Rita, à Alto Jahuel, que s’est installé l’un des meilleurs musées d’art précolombien chilien, le Museo Andino, de la Fondation Claro Vial: plus de 1.800 pièces appartenant aux cultures Diaguita, Rapa Nui de l’île de Pâques, Arica, Atacama, Mapuche, etc. Céramiques, textiles, objets en or, vannerie, argenterie mapuche… Le bâtiment moderne évoque une architecture inca. Juste à côté, la bodega Santa Rita, l’une des plus importantes du pays, est ouverte à la visite.

EL TENIENTE et SEWELL

En 1905, l’entreprise américaine Braden Copper commence à exploiter un gisement de cuivre à 60 km de Rancagua, El Teniente. C’est aujourd’hui la plus grande mine de cuivre souterraine au monde, un gigantesque réseau de tunnels d’extraction, de routes, de centres de contrôle… Pour loger ses employés, Braden crée un village, Sewell (2.130 m). Tout est prévu dans ce campement accroché à la montagne: logements, magasins, salle de sports, cinéma, école, clubs sociaux… Sewell est fermé en 1969 et est classé Patrimoine mondial de l’humanité. Cette ville aux escaliers, dont les façades ont été repeintes de toutes les couleurs, ne peut se visiter, comme la mine, qu’en circuit organisé et autorisé par la Codelco, l’entreprise minière publique.

RÉSERVE NATIONALE RÍO LOS CIPRESES

Grande forêt de près de 37.000 hectares à 50 km de Rancagua. Les arbres emblématiques de la réserve sont le peumo, un arbre à feuilles persistantes de la famille des lauriers qui donne un fruit comestible de couleur rouge, et le quillay, un autre arbre à feuilles persistantes et aux petites fleurs blanches, dont l’écorce est riche en saponine, utilisée comme détergent. Dans les falaises du parc viennent nicher des perroquets Tricahue ou perruches de Patagonie, avec leur plumage vert olive et jaune, une espèce de plus en plus rare.

VALLÉE DE CACHAPOAL

Cette région vinicole au Sud de Santiago est de celles qui offrent les meilleurs vins du Chili: Altaïr, Anakena, etc. Longer la rivière Cachapoal, à l’Ouest de Rancagua, permet aussi de traverser quelques villages pittoresques. Doñihue et ses célèbres ponchos (chamanto au Chili) et couvertures (manta) tissés main. Coinco et Zuñiga avec de jolies maisons coloniales colorées et pourvues de galeries. Guacarhue et son église de l’architecte italien Toesca, classée monument national. San Vicente Tagua Tagua, un bourg plein de vitalité, dont l’activité se concentre autour d’une belle place. Un détour à l’hacienda Los Lingues donne un aperçu des grandes propriétés d’autrefois; elle fonctionne aujourd’hui comme hôtellerie.

SANTA CRUZ

La petite ville de Santa Cruz se situe au cœur du vignoble de la vallée de Colchagua, l’un des meilleurs du Chili et le plus développé en œnotourisme. Plusieurs caves sont ouvertes au public, proposant dégustations et autres activités: Clos Apalta, Viu Manent (balade en calèche, restaurant), Viña Santa Cruz (téléphérique, observatoire astronomique), Montes, Emiliana (biologique), Lurton, Las Niñas, Casa Silva… Fête des vendanges au cours de la première quinzaine de mars. Le grand et moderne Museo de Colchagua, dans une maison coloniale près de la charmante place du bourg, mérite une visite: exceptionnelle collection d’ambre, art précolombien, argenterie mapuche, calèches et antiques machines agricoles… Santa Cruz est aussi l’une des villes où l’on trouve le plus bel artisanat huaso: selles, rênes, lassos, éperons, chapeaux, etc. À 26 km, la Casa Museo San José del Carmen de El Huique, du XIXe siècle, témoigne de la vie de campagne d’une famille de l’aristocratie chilienne, les Echenique-Errázuriz.

LOLOL

Petit village pittoresque entre Santa Cruz et Pichimelu, Lolol a conservé des maisons d’adobe colorées ayant pour caractéristique d’être reliées entre elles par des galeries, qui permettent ainsi de se déplacer à l’ombre ou à l’abri de la pluie. À 20 km de là, sur la commune de Ranguil, des artistes (peintres, sculpteurs, photographes) ont trouvé leur paradis sur terre et installé leurs ateliers. L’endroit s’appelle le Valle de los Artistas et leur lieu d’exposition le Parque de las Esculturas.

PICHILEMU

Au bord du Pacifique à 85 km de Santa Cruz, Pichilemu s’est fait connaître ces dernières années des surfeurs, qui apprécient la qualité de ses vagues, en particulier à Punta de Lobos, une péninsule se terminant par d’étranges formations rocheuses couvertes de cactus. Pichimelu est l’une des plus anciennes stations balnéaires du Chili. C’est là qu’avait été construit le premier casino du pays, en 1909; il fonctionna jusqu’à être détrôné par celui de Viña del Mar dans les années 1930.

PUERTECILLO

Puertecillo est une plage située au nord de Pichilemu, d’environ 3 km. A son extrême nord on trouve un petit village où vivent quelques familles. Elle est considérée comme pratiquement vierge, avec des lieux uniques et naturels. C’est également l’endroit idéal pour profiter des sports nautiques, tels que la pêche et le surf.

CURICÓ

Fondée au XVIIIe siècle, Curicó se distingue par sa Plaza de Armas, l’une des plus belles du pays, bordée de dizaines de palmiers dattiers des Canaries. Au centre, un kiosque en fer forgé de style Nouvelle-Orléans. On peut également voir l’église de San Francisco, de style néogothique. Fête des vendanges la 3e semaine de mars.

CHANCO

Chanco fut fondé en 1849 par des colons, sur un site où vivaient des indiens promaucaes. Initialement situé sur la côte, le village fut peu á peu déplacé vers l’intérieur des terres a cause des dunes de sable qui se sont formés sur le littoral. Au début du XXe siècle, la création d’une forêt, devenue Réserve nationale, revitalisa le village. On peut aujourd’hui se promener dans celle-ci, comme sur la plage de Loanco. Ses 9000 habitants ont souffert en 2010 du terrible tremblement de terre qui secoua la zone (magnitude 8,8), détruisant le centre de Chanco. Chaque 2 février, la fête de la Virgen de la Candelaría attire plusieurs milliers de fidèles.

PELLUHUE

Egalement situé sur le littoral, le village de Pelluhue abrite 6000 habitants. Port de pêche, station balnéaire régionale, elle fut longtemps partie de la commune de Chanco, avant de prendre son indépendance en 1979. Les touristes y affluent en été pour profiter des plages de sable noir, qui s’étendent au pied de la falaise.

CURINAPE

Curanipe est le village central de la commune de Pelluhue, et pris également son indépendance de Chanco en 1979. C’est principalement un port de pêche, avec une immense plage qui se découvre à marée basse. En 2010, outre le tremblement de terre, le village subit un raz de marée, qui détruisit les quais du port, reconstruit depuis. Le village est particulièrement dynamique en été, avec une animation nocturne et plusieurs ferias.

PARC NATIONAL RADAL SIETE TAZAS

À 76 km au Sud-Est de Curicó, la réserve Radal Siete Tazas a été classée parc national en 2008. Il est connu pour ses chutes d’eau et rapides le long de la rivière Río Claro, certaines faisant plus de 2 mètres de haut. Ce parc est fréquenté pour la beauté du paysage ou pour la pratique du kayak.

TALCA

Capitale de la VIIe Région du Maule, Talca a été fondée en 1742. Principal point d’intérêt: le Museo O’Higginiano y de Bellas Artes. La maison date du XVIIIe siècle et a appartenu au tuteur du héros national Bernardo O’Higgins, c’est d’ailleurs dans un de ses salons qu’il a signé l’acte d’indépendance du Chili le 2 février 1818. Il s’agit d’une maison coloniale urbaine typique, avec ses deux patios, le premier agrémenté d’une fontaine, le second desservant salons et chambres. Des objets historiques et des peintures chiliennes de l’époque coloniale jusqu’au début du XXe siècle y sont exposés. Le Maule est une importante région de production vinicole et fruitière.

CONCEPCIÓN

Capitale de la VIIIe Région du Biobío, qui sépare le Centre de la Patagonie, Concepción est une ville industrielle et universitaire importante de plus de 200.000 habitants. Sa fondation à la frontière du pays mapuche remonte aux premiers temps de la colonie, en 1550, mais plusieurs séismes ont malheureusement détruit son architecture d’origine, le dernier en février 2010. La ville se situe au bord du fleuve Biobío et s’est donnée une toponymie particulière: les rues perpendiculaires au Biobío portent des noms de personnalités républicaines, les parallèles des noms de caciques mapuches. À voir: le pittoresque marché; la pinacothèque de l’Université pour sa remarquable collection de peinture chilienne et la fresque murale du Mexicain Jorge Gonzalez Camarena; la Galería de la Historia du parc Ecuador, dont les dioramas retracent l’histoire régionale; le cuirassé péruvien Huascar de la bataille d’Iquique (1879); le musée Hualpen et son hétéroclite collection d’objets glanés dans le monde entier par Pedro del Río Zañartu, entrepreneur et écrivain.

PARC NATIONAL LAGUNA DEL LAJA

Juste avant la frontière argentine, ce parc national de près de 12.000 hectares borde la rive Ouest du lac de la Laja et englobe le volcan Antuco (2.985 m). De forme très irrégulière, le lac de couleur émeraude bordé de scories du volcan est d’une grande beauté. Sur la rive Nord, un bois de cyprès de la cordillère. Les pentes du volcan sont aménagées pour le ski.

SALTOS DEL LAJA

À 100 km de Concepción et 35 de Los Angeles, les eaux du Río Laja tombent de 40 à 55 m de hauteur dans un amphithéâtre rocheux. La vue sur la chute est splendide depuis la route, mais on peut aussi se rendre au pied par un sentier ou en bateau. À Los Angeles, intéressant Museo de la Alta Frontera consacré à la culture des Mapuches, à la colonie et aux guerres d’indépendance, sur la place d’Armes.

PARC NATIONAL NAHUELBUTA

Entre Angol et Cañete, le parc Nahuelbuta protège une magnifique forêt d’araucarias, la seule de la cordillère de la Côte. Ce grand pin du Chili y côtoie des coigües (nothofagus dombeyi) et des lengas (hêtre blanc) ainsi que, dans le sous-bois, des orchidées et des lys des Incas de toutes les couleurs. Un belvédère à 1.379 m, la Piedra El Aguila, embrasse le Chili dans toute sa largeur, du Pacifique aux Andes.

ANGOL

Avec ses quelques 50.000 habitants et située au pied de la cordillère de Nahuelbuta, Angol doit à sa position stratégique une fondation au début de la colonie et le point de départ de la dernière expédition de l’Araucanie, à la fin du XIXe siècle. Ne pas manquer la place principale, celle des Sept Fondations, et son jardin botanique El Vergel, particulièrement mis en valeur pour l’exposition de fleurs en novembre. El Vergel provient en réalité d’une plantation à 4 km, où l’on peut visiter le parc, la riche serre avec ses 80 espèces de camélias, et un musée consacré à la biologie, à l’histoire naturelle et à l’archéologie, cette dernière mettant en valeur les fouilles sur les sites mapuches.

CAÑETE

La région de Cañete a vu s’affronter pendant des années le peuple mapuche et les conquistadores espagnols, notamment la bataille de Tucapel: c’est là que Pedro de Valdivia fut vaincu par le cacique Lautaro en 1553. Les Espagnols durent abandonner Cañete pendant 200 ans et se replier à Concepción. Le Museo Mapuche, dans un bâtiment inspiré d’une ruca (maison), présente une remarquable collection sur l’histoire et l’art mapuches. Au Sud, deux beaux lacs: Lanalhue et Lleulleu.

VIADUCTO MALLECO

Le viaduc de Malleco est un pont ferroviaire chilien situé sur le Fleuve du même nom, près de Collipulli, ville créée comme fort militaire en 1867 contra la résistance mapuche, dans la région de la Araucanie. Il s’agit du pont le plus haut du Chili, déclaré monument de l’ingénierie mondiale. Il repose sur deux piliers situés aux extrémités, et sur 4 piliers intermédiaires. Parmi ces derniers, le premier et le quatrième s’élèvent à 43,7m de hauteur, le second à 67,7 m et le troisième à 75,7 m. Oeuvre de l’entreprise parisienne Schneider et Cie – Le Creusot, le viaduc de Malleco fut inauguré en 1890. Il permit une connexion plus rapide entre le Sud et le centre du pays, et a favorisé le développement de la région.

TEMUCO

Capitale de la IXe Région de l’Auraucanie, Temuco est une ville dynamique de plus de 200.000 habitants fondée après le soulèvement mapuche contre la ville impériale de Carahue en 1599. Temuco s’est surtout développée à la fin du XIXe siècle avec l’arrivée des colons européens aux alentours, à la frontière du territoire mapuche. L’activité se concentre autour de la place Aníbal Pinto et au marché municipal où l’on peut trouver de l’artisanat indien. Pour mieux comprendre l’histoire locale, le musée régional de La Araucanía présente de nombreux objets et photographies. On peut aussi aller se promener sur le Cerro Ñielol, un monument naturel de 90 hect. qui domine la ville et est équipé de plusieurs sentiers de découverte.

CARAHUE

En allant vers le Pacifique depuis Temuco (55 km), le gros village de Carahue trouve sa fierté dans ses origines de ville impériale fondée en 1552. Après un soulèvement mapuche, il est abandonné en 1599 et refondé une vingtaine de km plus loin en 1882. Principal port sur le río Imperial, il a longtemps été un important centre d’exportation agricole. La marchandise arrivait en train, passé qui fait aujourd’hui le principal point d’intérêt de Carahue: son musée de l’âge de la vapeur avec l’exposition de 40 locomotives et autres machines ferroviaires. Fête de la commune du 23 au 25 février et Raid de la mer dans les dunes en janvier.