Volcans du Chili : histoire et géographie

C’est au Chili que se trouve la plus grande chaîne volcanique au monde. Les volcans s’étendent tout le long du pays du nord au sud et cumulent de nombreux records géographiques et géologiques.

Le Chili cumule les records géographiques et géologiques. Composée de 2085 volcans, il s’agit de la chaîne volcanique la plus étendue au monde s’étirant du nord au sud du pays et sur 4300 km de long. Principalement localisés dans deux zones, on retrouve ces volcans du nord de la frontière bolivienne aux environs de Copiapó puis au sud de la région centrale depuis la hauteur de Santiago jusqu’à la région des lacs et des volcans. Parmi eux, l’on retrouve également les plus hauts volcans du monde dont certains s’élèvent jusqu’à plus de 6000 mètres d’altitude.

Situés dans la Cordillère des Andes, ces volcans sont intimement liés aux mouvements des plaques tectoniques en perpétuel mouvement. En effet, le Chili se situe au cœur d’un carrefour de plaques terrestres, à la rencontre des plaques Antarctique et sud-américaine formant une partie de la ceinture de feu du Pacifique. La plaque tectonique de Nazca entre en contact avec le continent sud-américain dont le Chili est en première ligne. Ceci explique également pourquoi il est l’un des pays où l’on note la plus forte activité sismique du globe.

Au Chili, plus de 500 volcans seraient de nos jours actifs. Après l’Indonésie, sa chaîne volcanique serait la seconde plus active au monde. Par définition, un volcan est qualifié comme actif lorsqu’il a enregistré une activité volcanique au cours de ces dix mille dernières années. Attention à ne pas confondre donc entre un volcan dit actif et un volcan dit en éruption. Contrairement à un volcan en éruption, un volcan actif n’est pas prêt à entrer en éruption à n’importe quel moment et n’est pas une menace immédiate pour la population installée à proximité. Selon les scientifiques, seule une petite quarantaine de volcans chiliens serait de nos jours très actifs et une dizaine en éruption. Généralement repérée bien à l’avance, l’imminence d’une éruption est directement annoncée et des mesures d’évacuation des populations menacées sont prises immédiatement en charge par la protection civile.

En 1996, le gouvernement a créé l’Observatoire volcanologique des Andes du Sud, appelé OVDAS. Installé à Temuco, son rôle mène à la surveillance des volcans considérés comme étant à haut risque. Au sein de la région des lacs et des volcans, les volcans Llaima et Villarrica en font par exemple parti.

Ces géants de feu sont également parfois apprivoisés à des fins touristiques. Nombreuses et variées sont les activités pour apprécier un volcan, et à chaque saison s’adaptent les excursions. Du simple trekking sur les flancs à l’ascension d’un volcan pour observer au plus près son cratère, l’on peut aussi préférer visiter les grottes volcaniques ou bien se laisser surprendre par ses geysers, se détendre au sein des thermes naturels qu’il génère ou bien encore s’en amuser comme un sport d’hiver !