Chile Excepción » Chili par régions » Désert et Altiplano » Copiapó

Voyage Copiapó, Chili. Information tourisme.

Et aussi les parcs Pan de Azúcar et Nevado Tres Cruces…

Géographie, climat, sites, histoire, musées et monuments, hôtels, transports, circuits.

Situation géographique de Copiapó

Copiapó est la capitale de la IIIe Région d’Atacama, qui s’étend de la côte Pacifique à l’Ouest, jusqu’à la Cordillère des Andes à l’Est, où l’on trouve les plus hauts volcans actifs des Andes. Située à 74km de la côte Pacifique, elle se trouve au cœur du bassin hydrographique du Río Copiapó, à 400 m d’altitude. Sa population compte environ 130.000 habitants. Les sites touristiques les plus connus de la région sont le Parc national Pan de Azúcar, la Caldera et la Bahia inglesa sur la côte Pacifique, et la Laguna Verde, dans le parc Nevado Tres Cruces, .

Cette région est particulièrement riche et diversifiée en termes de paysages : lagunes, salars et hauts plateaux sur la bande Est; désert de dunes dans la bande centrale, enfin stations balnéaires et le parc Pan de Azúcar sur la bande côtière. Les immensités désertiques forment ainsi un contraste avec les vignes et les arbres fruitiers des vallées fertiles de la région.

Climat de Copiapó

Le climat est tempéré, chaud sur les côtes et dans les vallées, et plus froid dans la cordillère. En hiver, de juin à septembre, sur la zone côtière, une brume est souvent présente jusqu’en début d’après-midi. Dans la cordillère, les sommets sont souvent enneigés. Nous ne recommandons pas l’hiver pour visiter cette région du Chili. L’automne, l’été et le printemps, du mois d’octobre au mois de mai, sont en revanche favorables à la découverte de la région d’Atacama, les températures étant chaudes sur la côte, et plus clémentes sur les hauts plateaux. Voir notre fiche : Quand partir au Chili.

Patrimoine de Copiapó

A noter 3 caractéristiques de la région de Copiapó.
Tout d’abord, des sous-sols riches en ressources minières, qui représentent 90% des exportations régionales, en particulier pour les ressources métalliques comme le cuivre, le fer et l’or, et non métalliques : barite, molydbène et marbre.

D’autre part, c’est une région qui abrite de nombreux sites archéologiques. On peut en effet rencontrer dans cette zone des peintures rupestres, des géoglyphes et pétroglyphes, ainsi que des ruines de villages ancestraux comme celles de l’époque Inca à Villa del Cerro, ou encore les ruines de Puquios, près de Copiapó. Il existe d’ailleurs un musée qui présente une importante collection d’objets archéologiques, historiques et minéralogiques ainsi qu’une bibliothèque d’époque, le Museo regional de Atacama.

Enfin, cette région possède également de nombreux sites paléontologiques intéressants, avec notamment d’innombrables fossiles de faune aviaire, terrestre et marine, tels que manchots, crocodiles ou encore dauphins, dans la surprenante zone de Bahía Inglesa principalement.

On trouve aussi dans cette région de nombreuses jolies églises de style colonial. C’est le cas de l’Eglise Nuestra Señora del Carmen à Chañaral, qu’il est possible de visiter.

Que voir à Copiapó?
Tierra Amarilla

Tierra Amarilla est située dans la vallée du Río Copiapó, à environ 16 km au Sud-Est de la ville de Copiapó, près notamment de nombreux et d’importants gisements de cuivre. Sa jolie église néo-gothique dans le centre de la ville, face à la place principale, fut construite en 1904. On peut aussi visiter le musée de la mine Tránsito, où sont présentées les anciennes traditions minières.

Vallée de Copiapó

La vallée de Copiapó s’étend depuis la ville du même nom jusqu’à el Tranque Lautaro. C’est dans cette vallée que se rejoignent 3 fleuves, le Río Manflas, Jorquera et Potro pour former le Rio Copiapó. La vallée de Copiapó se distingue par sa richesse et sa diversité géologique, botanique et minière. Elle fut d’ailleurs visitée par Charles Darwin dans le cadre de ses recherches. On trouve ainsi de nombreuses mines d’argent dans cette vallée, qui ont autrefois joué un rôle important dans le développement de cette région. On trouve également de nombreux centres archéologiques d’origine Inca.

Viticulture, vallée de Copiapó

Le terme Vallée de Copiapó désigne également une dénomination d’origine de vins et d’autres produits viticoles. Cette région est en effet très intéressante pour la viticulture, grâce aux fleuves qui descendent de la cordillère des Andes. Les habitants de cette région ont appris à travailler et à profiter de ce relief particulier, afin d’optimiser la ressource en eau, rare dans la région. Cette particularité et ce savoir-faire offrent ainsi des paysages étonnants, avec des vignes semblant grimper sur les collines sèches de la Région.

Los Loros

Située sur la même route que Tierra Amarilla, mais un peu plus loin, à environ 70 km au Sud-Est de Copiapó, on rencontre la communauté de Los Loros. Là on peut visiter, également, le site archéologique La Puerta, constitué de deux cimetières, d’un palais inca ainsi que d’autres structures plus petites. C’est dans sa jolie église que se tiennent chaque année au mois de Juillet les fêtes en l’honneur de la Vierge de Carmen.

Ruines de Puquios

Les ruines de Puquios se situent dans la précordillère, à 60 km à l’est de Copiapo. Cet ancien village minier perché à 1 200 m d’altitude comptait plus de 5000 habitants et une gare ferroviaire le reliant à Caldera, sur la côte Pacifique. On y exploitait principalement le cuivre provenant des sites de Dulcinea et de Tres Puntas.  A la fin du 19ème siècle le déclin de l’industrie minière contraint les habitants à déserter le village. Aujourd’hui on peut y visiter les vestiges des maisons de pierres et d’adobe, les usines désaffectées ainsi que le cimetière.

Vallée de Jorquera

La vallée de Jorquera, située au Sud-Ouest de Los Loros, longe le Río Jorquera et est bordée par des montagnes culminant entre 2.000 et 4.000 m d’altitude. Au cœur de cette vallée et au bord du joli fleuve Jorquera se situe la commune de El Quemado.

Col de Pircas Negras

Ce col est perché à 4.164 m au-dessus du niveau de la mer et possède une frontière commune avec la province de la Rioja en Argentine, au Nord des Cerros de Pircas Negras. L’environnement est grandiose dans ce lieu entouré de gigantesques montagnes.

Zone minière de Maricunga

Ce secteur, situé à 175 km de la ville de Copiapò, possède un impressionnant sous-sol minier, qui s’étend sur plus de 6.000 hectares. Il se caractérise par la présence de métaux tels que le cuivre et l’or, ou encore le quartz.

Laguna del Negro San Francisco, Cerro Azufre ou Copiapó

Cette lagune, nichée à 4.200 m d’altitude et d’une superficie de 3.000 hectares, fait partie du Parc Nacional Tres Cruces. Son eau provient de différents fleuves comme les ríos Astaburuaga ou encore El Desagüe. Plus vers le Nord, on rencontre les salars de Maricunga et de Pedernales, zones où les précipitations sont moins fortes et où le sel s’est petit à petit cristallisé pour former des salars, assez près de la Laguna del Negro San Francisco.

Refuge de la Laguna del Negro San Francisco

Ce joli refuge, géré par la CONAF, la Corporation Nationale Forestière du Chili, est situé à la lisière de la Laguna del Negro San Francisco et possède toutes les commodités nécessaires. Cette lagune offre un paysage incroyable, entourée par des sommets de 5.000 ou 6.000 m d’altitude, et peuplée de nombreux animaux tels que des guanacos, vigognes, ou encore de magnifiques flamants roses .

Quebrada Ciénaga Redonda

La Quebrada Ciénaga Redonda se trouve à 58 km de la laguna del Negro San Francisco. Les alentours du chemin qui monte vers la Quebrada offrent une vallée très verte, au milieu des Cerros de la Cordillère principale, frontière entre le Chili et l’Argentine, et l’impressionnant massif du volcan Copiapó. Les panoramas depuis la Ciénaga Redonda sont spectaculaires. On rencontre également dans cette zone un grand nombre de vigognes, qui profitent de l’abondance d’eau.

Laguna Escondida, parc Nevado Tres Cruces

La Laguna Escondida est perchée à 4.353 m d’altitude, au Nord de la Laguna Verde. Elle se cache parmi des volcans de plus de 4.500 mètres d’altitude, entre la cordillère andine et la IIIe Région chilienne. La frontière avec l’Argentine passe à quelques kilomètres à l’Est de la lagune, dont l’accès est assez difficile.

Laguna Santa Rosa, parc Nevado Tres Cruces

La Laguna Santa Rosa est située au sud du Salar de Maricunga, à 152 km à l’est de Copiapó. On trouve près de cette lagune de nombreux flamants roses, guanacos ou vigognes qui profitent de son eau. Cette lagune se trouve à 3.762 m au-dessus du niveau de la mer, avec un joli mirador sur une des collines environnantes.

Salar de Maricunga, parc Nevado Tres Cruces

Situé à une altitude d’environ 3.600 m, ce salar est accessible en toutes saisons à l’exception des périodes de grandes neiges hivernales. Entouré par des collines de 4.300 m d’altitude, il possède également des lagunes fréquentées par des flamants, au cœur d’un magnifique paysage bordé par des sommets enneigés. Le climat y est sec et froid, avec des forts vents en hiver. Sa végétation est typique de la cordillère, avec des plantes basses et balayées par le vent. Il s’agit du salar le plus austral du Chili, et peut-être aussi l’un des plus marquants de tous, avec celui de Pedernales.

Refuge Santa Rosa, parc Nevado Tres Cruces

Ce refuge en bois qui borde la Lagune Santa Rosa offre toutes les commodités nécessaires. On peut y admirer la flore d’altitude typique, des guanacos ou des oies andines.

Cerro de La Laguna, parc Nevado Tres Cruces

Le Cerro de la Laguna s’élève à 4.595 m d’altitude, au Sud-Ouest de la Laguna Negro San Francisco. Au sommet de cette montagne, la vue est grandiose sur la Laguna del Negro San Francisco, ainsi que sur l’immensité des vallées entre les différentes montagnes entre 4.000 et 5.000 m d’altitude. A noter que la maison des gardes du parc se trouve au pied du Cerro.

Volcan Copiapó (6.052 m) ou Cerro Azufre, Río Lamas

Ce volcan, également connu sous le nom Cerro Azufre, se trouve dans sa totalité sur le territoire chilien. Il est célèbre pour son accès aisé, ainsi que pour son environnement et son sommet exceptionnels. Par ailleurs, des vestiges de la civilisation inca ont été trouvés à proximité, tels que des statuettes en argent à forme humaine, ou encore des accessoires confectionnés avec des plumes. Aucune éruption de ce volcan n’a été enregistrée, mais il est certain qu’il a été très actif, du fait de la présence de sept cônes « parasites », nés d’anciennes activités volcaniques.

Cerro Peña Blanca (6.030 m) et Pics Wheelwright (5.805 m)

Située dans son intégralité sur le territoire chilien, la cordillère Sundt s’étend depuis le Salar Sundt jusqu’à l’Ouest de la Laguna Verde, célèbre point de départ des excursions et des ascensions de la Région d’Atacama. Le volcan Peña Blanca, au Sud de la cordillère Sundt, est lui situé dans la partie Sud du cratère Wheelwright, et culmine à 6.030 m. Méconnue, son ascension est pourtant intéressante car elle présente un accès relativement facile ainsi qu’un joli parcours. Il possède plusieurs centres éruptifs, mais aucune activité n’a été jusqu’à présent enregistrée. Du haut de ses 5.805 m, il est voisin du Pic Wheelwright.

Cerros de Barrancas Blancas (6.119m)

Les Cerros de Barrancas Blancas s’étendent sur environ 12 km d’Ouest en Est. Malgré un accès relativement aisé, cette montagne est peu fréquentée par les trekkeurs. En effet, les Cerros de Barrancas Blancas sont situés non loin du Nevado Ojos del Salado, beaucoup plus connu et donc visité. Barrancas Blancas offre pourtant une vue incroyable sur une multitude de sommets à plus de 5.000 m, dont une douzaine de sommets hauts de plus de 6.000 m. L’effet est grandiose et unique.

Nevado Ojos del Salado (6.893 m)

Le volcan ou Nevado Ojos del Salado, massif le plus visité du Nord du Chili, constitue la frontière naturelle entre l’Argentine et le Chili. Il doit son nom aux gigantesques dépôts de sel qui apparaissent en forme de lagune ou d’«œil» sur ses glaciers. Il s’agit du volcan actif le plus haut du monde, et du 2ème plus haut volcan de la Cordillère des Andes après le volcan Pissis (Argentine). Ce volcan se compose d’un immense cratère principal, qui contient lui-même 38 cratères, cônes et dômes, dont l’un d’entre eux atteint 6.893 m. Des fumerolles émergent du plus important de ses cratères, dégageant une forte odeur de souffre. C’est l’unique signe de son activité. Sa dernière éruption date d’il y a plus de 1.000 voire 1.500 ans. Si aucun sanctuaire ni trace d’occupation de cultures anciennes n’ont été trouvés, en revanche on sait que cet endroit était emprunté par les Incas pour traverser les Andes. Ce serait aussi par ce passage que Don Diego de Almagro aurait pour la première fois mis le pied au Chili en 1536. Entre 12 et 14 jours sont nécessaires pour son ascension, recommandée entre le mois d’octobre et d’avril.

Cerro El Muerto ( 6.488 m)

Ce gigantesque massif fait partie de la cordillère Ojos del Salado. Il est composé en grande partie de l’accumulation de couches de lave qui se sont solidifiées pour former des « dômes de lave ». El Muerto possède une grande dépression de 2,5 km de long. Au total, la montagne El Muerto possède à peu près 25 centres éruptifs couvrant une superficie de 120 km2 environ. Il fut gravi pour la première fois en 1950. La période recommandée pour son ascension est de Septembre à Avril. Pour y accéder, il faut emprunter la route 31. Ensuite, son ascension débute du côté Ouest par un sol semi-rocheux. Autour de 6.200m, en se rapprochant de la cime, on rencontre des roches de tailles plus grandes. La descente s’effectue ensuite par les zones plus sableuses.

Refuge Ojos del Salado, campo Piedra Pómez

Ce refuge, situé au Nord du Nevado Ojos del Salado, offre le support nécessaire pour les voyageurs qui souhaitent effectuer un trekking sur le volcan du même nom. Au sommet, vous êtes exactement à la frontière entre l’Argentine et le Chili, et dominez les autres volcans avoisinants, culminant tous à plus de 6.000 m d’altitude.

Cerro Fraile (6.040 m)

Le volcan Fraile est un autre volcan de l’Ojos del salado, juste au Sud-Est du volcan El Muerto. Il s’agit d’un gigantesque centre éruptif, qui s’étend sur plus de 80 km, et qui s’ouvre en forme d’amphithéâtre vers le Nord. Né d’une forte éruption, il a provoqué un gigantesque flux de lave et l’apparition d’un grand dôme d’environ 3 km de diamètre, situé à plus de 1,5 km de distance du Cerro Fraile. Son ascension est relativement facile, mais il est recommandé de passer quelques jours à la laguna Verde pour l’acclimatation.

Nevado Incahuasi (6.621 m)

Le Nevado Incahuasi, imposant volcan limitrophe de l’Argentine, est la 5e montagne la plus haute du Chili. Son nom signifie en langue quechua « la Maison de l’Inca ». Il est situé dans une zone complètement désertique, non loin du volcan Ojos del Salado, et fut gravi pour la première fois en 1913 par Walther Penck. Ce volcan se compose en réalité de deux cônes, et il est possible de distinguer deux centres éruptifs à sa base. L’un montre des signes d’activité datant de plus de 2 millions d’années, tandis que la dernière activité de l’autre, située plus au Nord, remonte à il y a 11.000 ans. Son ascension est recommandée entre les mois de septembre et d’avril.

Volcán Solo (6.205 m)

Lui aussi limitrophe de l’Argentine, l’imposant volcan Solo se compose d’une dizaine de centres éruptifs. Ses éruptions ont autrefois recouvert de matière volcanique de grandes étendues, dont des vallées situées à plus de 20 km de distance, au Nord comme au Sud. Son ascension est relativement courte et recommandée entre les mois de septembre et d’avril.

Volcan San Francisco (6018 m)

Situé au Sud-Est du Paso San Francisco, le Nevado San Francisco est lui aussi un volcan frontalier avec l’Argentine. Il est considéré comme un des 6.000 m les plus faciles à grimper au monde. La vue depuis son sommet sur les volcans voisins et la Laguna Verde est incroyable. La particularité de ce géant du désert est qu’il présente deux immenses avalanches rocheuses, dues à l’écroulement de ses versants Ouest et Nord-ouest survenu pendant son évolution. On estime l’âge du Volcan San Francisco à environ 1, 5 million d’années, et aucune activité ne fut enregistrée à ce jour.

Laguna Verde, parc Nevado Tres Cruces

La laguna Verde se trouve à 248 km au Nord-Est de Copiapó, et à 23 km du poste frontière de San Francisco. De couleur émeraude, elle est bordée par des volcans aux sommets parfois enneigés, qui font partie de l’une des plus grandes concentrations de hauts sommets des Andes, comme celui de Ojos del Salado, Mulas Mueras ou encore Incahuasi. Bien que peu riche en faune, la beauté et la taille du lieu en font un spectacle unique.

Cerro Laguna Verde (5.822 m)

Le Cerro Laguna Verde culmine au Nord-ouest de la lagune du même nom, à quelque 5.822 m d’altitude sur le territoire chilien. Cette montagne offre une vue incroyable sur la Laguna Verde toute proche. Ainsi, depuis le sommet, le contraste entre le paysage de roches et de sable des montagnes et la couleur intense et turquoise de la Laguna Verde est surréaliste.

Cerro Mulas Muertas (5.897 m)

Le Cerro Mulas Muertas se situe au Sud-Ouest de la magnifique Laguna Verde, et culmine à 5.897 m. Le panorama à son sommet est là encore impressionant : il offre une vue panoramique sur la Laguna Verde, ainsi que sur les volcans limitrophes de l’Argentine s’élevant à plus de 6.000m.

Puma congelé et salé, laguna Verde

Ce puma, parfaitement conservé par le sel et la glace, a été retrouvé aux abords de la Laguna Verde.

Refuge de la Laguna Verde, parc Nevado Tres Cruces

Ce refuge, situé au bord de la Laguna Verde, offre les commodités nécessaires pour les voyageurs. Le panorama y est splendide, au milieu d’immenses montagnes presque éclairées par la couleur intense de cette lagune. On peut aussi profiter des thermes naturels sur le rivage de cette dernière.

Thermes de la Laguna Verde, parc Nevado Tres Cruces

Ces thermes se situent à 4.200 m, au Sud de la Lagune du même nom. Ces eaux chaudes sont riches en sel et constituent bien évidemment le passage obligé pour le repos des visiteurs et des sportifs, venus du monde entier escalader les hauts sommets de cette zone, comme le Volcan Ojos del Salado ou encore El Muerto. Ces thermes ont complètement conservé leur état naturel.

Paso de San Francisco (4.726 m)

Il s’agit du poste frontière entre l’Argentine et le Chili. Son habilitation dépend des conditions climatiques, surtout pendant l’hiver. Il n’y a pas de service de logement ou de restaurant pendant environ 280 km. C’est au complexe frontalier Maricunga, au Nord du Salar du même nom, que se règlent les formalités de douane pour les voyageurs en transit.

Cerro Colorado (5.181 m)

Il s’agit d’une chaîne de montagnes qui borde l’Est du Salar de Maricunga. Elle se trouve juste derrière le Complexe frontalier San Francisco, au Nord du Parc national Nevado Tres Cruces. En adéquation avec son nom, cette magnifique chaîne offre un vertigineux dégradé de couleurs.

Route 31 reliant le col de San Francisco à Copiapó

La route 31 (CH-21) est une route chilienne qui relie le Nord du Chili à la région d’Atacama. Elle part de Copiapó jusqu’au poste frontalier de San Francisco, pour se prolonger ensuite en Argentine sous le nom de route nationale 60. Celle-ci possède une vue privilégiée sur les sommets les plus hauts du Chili, tels que le Nevado Tres Cruces, Nevado Ojos del Salado ou encore El Muerto.

Thermes de Juncal

Pour rejoindre les thermes de Juncal, il faut dévier de la route qui mène au Salar de Pedernales, quelques kilomètres avant le secteur de La Ola, puis suivre une piste sableuse et passer entre les formes rocheuses capricieuses et colorées. La Quebrada de Junca se rétrécie puis les thermes apparaissent. Une fois dans l’eau, vous admirez le calme et l’immensité du site, la couleur intense du ciel est réellement un spectacle exceptionnel.

Quebrada Pajonal, río Juncalito, piste des thermes de Juncal

Les thermes de Juncal se situent au Sud-Est du Salar de Pedernales, avant la cordillère de Claudio Gay. Il faut suivre la piste jusqu’à la Ola, puis continuer vers l’Est sur la piste qui mène directement aux Thermes de Juncal, à l’entrée de la vallée Pajonal. Les couleurs sont contrastées et intenses, avec au loin la vue sur de gigantesques montagnes. On peut y observer la couleur rouge de la terre, des roches, et la végétation typique de ce climat.

Caldera, Région d'Atacama

Cette station balnéaire, située à 75 km au Nord-Est de Copiapó, est également le port de cette dernière. C’est de là que furent exportés les minéraux extraits de la mine de Chañarcillo. Il s’agit de la station balnéaire la plus importante de la région. Elle est constituée de trois baies, chacune offrant de jolies plages et de bonnes infrastructures touristiques. Caldera est également connue pour avoir l’une des fosses marines les plus profondes du monde.

Bahía Inglesa, Région d'Atacama

Bahía Inglesa est connue pour ses plages de sable blanc et des eaux de couleur turquoise. Avec Caldera, cette station balnéaire offre de nombreuses activités nautiques. La côte de cette baie s’étend sur plus de 100 km. Elle est reliée à la Route Longitudinal Norte, venant de Chañaral jusqu’au Sud. La Bahía Inglesa est aussi connue pour l’incroyable site paléontologique qu’elle abrite. En effet, d’innombrables fossiles sont présents dans cette zone, dont des fossiles d’animaux, tels que dauphins ou encore crocodiles. Une université est d’ailleurs en projet afin de conserver tous ces trésors paléontologiques.

Punta Flamenco, entre Caldera et Chañaral

La Punta Flamenco se situe entre Chañaral et Caldera. Elle possède un accès très facile à proximité de la route Panamericana. Ce secteur se caractérise par un relief important, avec également un ensemble de plages de sable fin ou de rochers, certaines reculées et difficiles d’accès à cause de fortes pentes. Les avancées formées par ce relief offrent de très belles vues sur la côte.

Eglise de Chañaral et Casa Molina

La belle église de Chañaral, Nuestra Señora del Carmen, fut construite en bois blanc et inaugurée en 1864. Des visites sont possibles tous les jours. Située à proximité, la Casa Molina fut construite en 1904 pendant l’ère minière par un notaire de la ville. Depuis 1938, c’est la propriété de la famille Molina. Les deux patios et leurs arcs lui confèrent beaucoup de charme.

Playa Blanca, Bahia Coquimbo, parc Pan de Azucar

A 100 km de Caldera, le Parc Pan de Azucar s’étend jusqu’à la côte, où l’on rencontre de très jolies plages aux eaux turquoise, idéales pour la nage, la pêche ou la plongée. A ne pas manquer : la Playa Blanca et la Baie Coquimbo, situées non loin de l’île Pan de Azúcar, à la flore et à la faune particulièrement riches (renards, lions de mer, manchots ou encore cactus). Dans le Parc, de nombreux sentiers sont proposés pour les visiteurs.

Caleta Pan de Azucar

a baie de la Caleta Pan de Azucar offre une plage abritée, parsemée de quelques maisons de pêcheurs, et de nombreuses possibilités de balades. Si le parc Pan de Azucar comprend également des sites somptueux dans les vallées et les montagnes, il est bien entendu côtier, avec des plages très agréables comme la Caleta Pan de Azucar.

Le village de Inca de Oro, à une centaine de km au nord de Copiapó, possède une longue tradition minière. La région fut exploitée dès le milieu du XIXe siècle, et le village crée au début du XXe siècle. Dans les années 1940, elle accueillit de nombreux immigrants européens, mais aussi japonais ou chinois, pour travailler dans les mines, notamment d’or. Inca de Oro compte aujourd’hui plus de 400 habitants, et poursuit son activité minière. Elle abrite en outre un musée de la Mine et un petit centre astronomique.

Le désert Fleuri

Ce phénomène poétique et scientifique a lieu dans la région de Copiapó. Les photos de désert fleuri ont fait le tour du monde : tous les 5 à 7 ans en moyenne, le désert le plus aride du monde subit les effets del niño, et l’humidité fait exploser la floraison de 200 espèces de plantes. Deux zones exceptionnelles pour observer le phénomène: le Parc Pan de Azucar sur la côte, et LLanos de Challe où fleurissent les cactus.

Les dunes de Copiapó

Cette région est balayée par des vents très forts, qui avec le temps ont façonné d’étranges formes dans le Désert d’Atacama. Les immenses quantités de sable se sont converties en dunes géantes ou en formes géologiques étranges, habitées par une faune et une flore qui se sont adaptées à ce climat très spécial.

La dune Medanoso

Du haut de ses 1643 m, el Medanoso est la dune la plus haute du continent. Elle trône majestueusement dans la région dunaire de Copiapó. Entre son pied et son sommet, la dune mesure 550 mètres de hauteur, cependant celle-ci varie rapidement au cours du temps et au gré des vents. Il faut prévoir 3 heures aller-retrour pour l’escalader à pied en en redescendre.

Le rallye Dakar à Copiapó

Depuis 3 ans, le Dakar se déroule en Argentine et au Chili, et il semble que les étapes dans les dunes de Copiapó deviennent incontournables. En effet, cette région offre un gigantesque terrain de jeux pour les coureurs de ce rallye haut en couleur. Le désert cache dans cette région ses plus beaux secrets. Et cela devrait continuer : en effet, le Dakar 2012 est déjà annoncé en Argentine et au Chili…

Quebrada de las Pinturas

Site archéologique, cette quebrada abrite des pétroglyphes remontant à la culture précolombienne Anima. Parmi les dessins, probablement crées avec de la roche rouge et de l’huiles d’une plante locale, on devine notamment des personnages, des animaux (camélidés, oiseaux) et des visages. Plusieurs interprétations sont possibles : le dessin de ces animaux, en mouvement, pourrait ainsi représenter une scène de chasse.

Mine San José

Les 33 mineurs chiliens de la mine San José remontent enfin à la surface après 69 jours passés coincés à plus de 700 m de profondeur. La sortie miraculeuse de ces nouveaux héros, suivie par les médias du monde entier, fut rendue possible grâce à la mobilisation réussie des secouristes chiliens.

Mine Cerro Negro Norte

A 32 km de Copiapó, cette imposante mine de fer à ciel ouvert extrait chaque jour 14.000 tonnes, sur 200 hectares. Elle utilise une technologie récente qui désalinise de l’eau de mer, afin de l’exploiter. Ouverte en 2014 avec un investissement de 12 milliards, elle devrait être exploitée pendant 20 ans environ.

Mine de Galleguillos

A 45 km de Copiapó, cette mine d’or fut exploitée dès le milieu du XIXe siècle, mais officiellement fondée en 1932.

Mine La Cirujana et Las Guias

Ces deux mines du XIXe siècle pourraient former un décor de carte postale. La Cirujana, désaffectée depuis les années 1980, abrite encore quelques cabanes en bois et les restes du puits, artisanal, au milieu du désert. Quelques km plus loin, Las Guias, encore en activité mais réduite, offre encore une vieille école en bois qui date de son âge d’or. Elles font partie de la Ruta de Chañaral qui fait découvrir, entre Copiapó et le village de Inca de Oro à 100 km, les anciennes mines de la région qui firent un jour sa richesse.

Musée des mines, Tierra Amarilla

Fondé en 2011, le museo minero du villaje de Tierra Amarilla présente à la fois l’activité minière de la région, mais aussi des objets plus hétéroclites : météorites métalliques, un granite orbiculaire de 110 millions d’années, une roche magmatique, des fossiles et une collection de 250 minerai ! Le village se situe à 16 km au sud de la Ville.

Où se loger à Copiapó?

Hôtel Wara: ce splendide établissement se trouve à quelques km de Copiapó, sur la route 5 en direction du Pacifique. Au milieu du désert, cet hôtel reprend le design andin de la région, avec beaucoup de goût. Le restaurant travaille avec des produits bio de la région, et propose des menus basés sur la cuisine du nord du Chili, influencé par les Andes et le Pacifique.

K Hôtel Boutique: cet hôtel se trouve à Bahía Inglesa, face à la mer, sur l’une des plus belles plages de la côte chilienne. Familial, avec une ambiance résolument boutique, c’est un petit ilot de bonheur les pieds dans l’eau.

voir nos photos

Où manger à Copiapó?

El Plateao à Bahia Inglesa: face à l’Océan, el Plateo vous reçoit dans une ambiance détendue, et vous fait gouter ses spécialités de poissons et fruits de mer : ostiones, pez de roca ou jaiba, sans oublier l’incontournable ceviche.

Coral à Bahia Inglesa: ce restaurant les pieds dans l’eau (ou presque) fut le premier restaurant de la ville il y a 35 ans, et reste un incontournable. Fruits de mer et poissons sont ici aussi les stars incontestés des plats proposés.

Tumorrou: de l’autre coté de la Baie, Tumorrou est un restaurant de plage, presque sur le sable. Dans une ambiance informelle, on vous sert des assiettes de fruits de mer, pisco en main et concert en bonus !

Et Teatro, à Copiapo: changement d’ambiance, avec ce restaurant qui vous propose des poissons et fruits de mer, mais avec comme spécialité la cuisine méditerranéenne. Cadre élégant de brasserie et carte des vins fournie.

Transports: comment se rendre à Copiapó?

Avion: l’aéroport de Copiapó se trouve à 53 km à l’Ouest de la ville de Copiapó, sur la route nº 5.

Route: Route Panamericana depuis Vallenar jusqu’à Copiapó, qui passe notamment par la zone du désert fleuri, entre Copiapó et La Serena.
74 km séparent Caldera de Copiapó par la route goudronnée Panamericana.
Entre Caldera et Chañaral, une route de 86 km longe la côte aux paysages de roches volcaniques et ses nombreuses plages.

Circuits d'exception

Chile Excepción vous propose des circuits sur mesure et hors des sentiers battus :

bullet Voyage de 19 jours dans le Nord, d’Arica à Copiapó:
Ce circuit avec chauffeur-guide privé vous permet de connaître la côte Pacifique, les villages des Andes, le Parc national Pan de Azúcar, le désert, des volcans, les hauts plateaux d’une région incroyablement riche et diverse