Désert fleuri

En moyenne tous les 6 à 8 ans, l’aride désert d’Atacama donne ses plus belles couleurs. Ce phénomène cyclique attire de nombreux curieux à travers toute la région III d’Atacama.

Ce phénomène est étroitement lié par El Niño, ce courant côtier saisonnier chaud qui provient du Pérou et de l’Équateur, faisant ainsi augmenter les précipitations dans la région III d’Atacama. Copiapó, la capitale régionale, enregistre moins de 2 mm de pluie depuis plusieurs décennies.

Ce sont plus de 200 espèces végétales endémiques, dont 14 en voie d’extinction, qui fleurissent dans le désert le plus aride du monde : griffe du lion, añañucas de la cordillère, soupirs des champs ou encore les pattes de guanaco. Le mélange des nuances de rouge, blanc, bleu et encore violet donne un panorama époustouflant.

Ces fleurs proviennent de graines, de rhizomes et de bulbes enfouis sous les sols arides du désert en état de latence grâce à une couche de graisse qui les maintient depuis plusieurs années. De nombreux insectes, d’oiseaux, de rongeurs et de scorpions sont de même facilement observables durant cette période.

Le dernier en date est de l’hiver 2017, où les fleurs étaient particulièrement abondantes. Il est possible de savoir quelques mois à l’avance, à condition d’avoir eu quelques jours de pluies vers mai ou juin. Il suffit en effet de peu d’averses pour que l’événement se produise. Les plus beaux endroits pour admirer ces fleurs sont dans les parcs nationaux Pan de Azúcar, Llanos de Challe et les villes de Copiapó, Vallenar mais aussi aux alentours de San Pedro de Atacama.