Chile Excepción » Chili par régions » Désert et Altiplano » La Serena

Voyage à la Serena, Chili. Information tourisme.

Géographie, climat, sites, histoire, musées et monuments, hôtels, transports, circuits.

Situation géographique de La Serena

La Serena est la capitale de la IV région de Coquimbo, que l’on nomme aussi Norte Chico ; elle est comprise entre la région d’Atacama (au Nord), la région de Valparaiso (au Sud), l’Argentine (à l’Est) et l’océan Pacifique (à l’Ouest). Située au bord du Pacifique et comprenant des kilomètres de plages à perte de vue, la ville de La Serena est l’une des destinations du Chili les plus prisées au niveau touristique. D’une superficie de 1893 km², elle compte environ 215 000 habitants.

Dans la région, les sites touristiques les plus connus sont le parc national Pingüino de Humbolt et le parc national Fray Jorge sur la côte Pacifique ainsi que la vallée de l’Elqui et la vallée de l’Encanto à l’intérieur de ses terres.

Climat de La Serena

Le climat de la ville de La Serena et dans ses environs est segmenté par les époques stationnaires. En été, il est caractérisé par une absence de précipitations et bien qu’une nébulosité abondante et une bruine matinale soient omniprésentes, elles se dissipent très vite en milieu de journée, pour laisser place aux cieux sûrs et clairs ainsi qu’à de chaudes températures. C’est en hiver, entre juin et août, que les précipitations se concentrent et offrent des températures beaucoup plus fraîches, en raison de sa situation géographique dans une zone côtière. Voir notre fiche : Quand partir au Chili.

Histoire de la Serena

Le secteur où la ville de la Serena est actuellement assignée, était à la base habité par le peuple préhispanique connu sous le nom des « diaguitas ».
Par la suite, La Serena a été fondée par le Capitaine Juan Bohón, sous le nom de Villanueva de La Serena, en 1544. La ville a été fondée sous les ordres de Pedro de Valdivia, afin de former une cité qui servirait de connexion entre Santiago et le Royaume du Pérou où demeurait le Virrey.

Environ cinq ans plus tard, dans la nuit du 11 janvier au 12 janvier 1549, au commencement de son histoire, un soulèvement de peuples indigènes de la région provoquera la mort de presque tous les espagnols demeurant au sein de la ville. Cette dernière fut totalement détruite et incendiée.
Le 26 août 1549, toujours sous les ordres de Pedro de Valdivia, le Capitaine Francisco de Aguirre refonda la ville sous le nom de San Bartolomé de La Serena. Quelques temps après, le 4 mai 1552, le roi d’Espagne Carlos I lui attribuera le titre de ville.

Aujourd’hui, La Serena est un grand centre de villégiature qui voit chaque été des milliers de touristes venant profiter de ses 6 km de plages sur une côte où l’infrastructure hôtelière s’est développée de manière exponentielle.

Patrimoine de La Serena

Bien qu’étant dans l’ombre d’autres régions du Chili plus réputées d’un point de vue touristique, la région de La Serena a aussi des atouts à faire valoir, entre ses stations balnéaires, sa faune et sa flore, ses églises de style colonial, sa gastronomie, son artisanat, ou encore ses spots d’astronomie, dans un ciel pur plus de 300 jours par an !

À noter deux autres caractéristiques de la région de La Serena. Tout d’abord, La Serena est la ville qui a su le mieux conserver son architecture coloniale. Son style marqué neocolonial et éclectique, que l’on peut apprécier dans la majorité de ses édifices aristocratiques des XIXe siècles et du début du XXe, se mélangent harmonieusement avec les bâtiments publics, dont beaucoup ont été déclaré Monuments Nationaux. Ce style architectonique la démarque des autres villes du pays.

Ils furent réalisés sous le gouvernement du président Gabriel González Videla. Président de la République du Chili de 1946 à 1952, lui-même originaire de La Serena, il lança le Plan La Serena, un projet d’investissements et de rénovations urbaines jamais vu auparavant. Tandis que dans le centre de La Serena, les constructions d’édifices de plus de 3 étages sont interdites, sur le secteur côtier, on observe une explosion immobilière.

La région abrite en outre sous-sols riches en ressources minières. Parmi les gisements, notons Le Romeral de CAP, d’où est extrait le fer qui est embarqué dans la baie de Guayacán ; le Brillador, la plus ancienne mine de cuivre du secteur, ainsi que Juan Soldado, un gisement de calcaire qui dans les années 50 produisait du ciment dans la fabrique homonyme, aujourd’hui fermée.

Que voir à La Serena ?

bullet La Plaza de Armas est la place principale de La Serena. Son centre se pare d’une grande fontaine sculptée par l’artiste Samuel Román, et elle abrite une végétation intéressante ; palmier chilien, jacaranda, vilcas, cèdre, melias, couronne de l’Inca, laurier ou encore olivier.

 

Autour de la Plaza de Armas, se trouvent aussi de fameux édifices publics, dont beaucoup ont été déclaré Monuments Nationaux, comme l’Intendance de la région de Coquimbo, la Municipalité de La Serena et la Cour d’Appels. La Cathédrale, l’ex-Cinéma Centenaire, le musée Gabriel González Videla et la place homonyme viennent compléter le panorama.

Située dans le centre-historique de La Serena, c’est le centre névralgique des activités culturelles et nocturnes durant l’été avec ses petits marchés d’artisanats et de gastronomie, des expositions photographique mais aussi la Foire Internationale du Livre, qui est réalisée pendant toute l’année autour des rues semi-piétonne bordées par de sublimes façades continues.

bullet Avenida del Mar : la Serena constitue le deuxième pôle touristique du pays avec plus d’un million de touristes annuels. La célèbre Avenida del Mar ne possède pas moins de 6 kilomètres de plages qui s’étendent du Phare Monumental (El faro) jusqu’à la commune voisine de Coquimbo. C’est ici que l’on trouve la partie la plus animée de la ville avec des bars, des cafés, des restaurants, des discothèques, un karaoké, des jeux, une piste cyclable sur toute la côte, des édifices modernes, des petits marchés artisanaux, ainsi que les meilleurs hôtels de la ville. Dernièrement la pratique du surf a elle aussi émergé dans ce secteur.

bullet 29 églises : vous avez bien lu. C’est bel et bien pour cela que La Serena est connue comme la Ville des Clochers, puisque c’est la ville qui a hébergé le plus d’ordres religieux dans son histoire, chacun d’entre eux possédant sa propre enceinte. Certaines d’entre elles ont même été déclarés Monuments Nationaux. L’église principale de La Serena est la Cathédrale qui borde la Plaza de Armas. Construite au XIXe siècle, elle est notable car édifiée avec de la pierre calcaire. Parmi les autres églises, citons celle de San Francisco et le couvent de San Agustín, qui datent de presque 500 ans.

bullet La Recova : autre symbole de La Serena, le marché de La Recova. Ce dernier est réputé pour sa grande variété d’artisanats provenant de tout le Nord du Chili, ainsi que des tissus en laine de Bolivie et du Pérou. Il se fait aussi remarquer pour sa grande quantité d’objets fabriqué avec les célèbres pierres de Lapis Lázuli et de Combarbalita. Ces dernières sont uniques dans le monde.

La bâtisse emblématique de la ville de La Serena qui héberge La Recova est composée de deux grandes cours centrales et de deux étages. Au sein du premier, on retrouve la foire artisanale, alors qu’au second se trouvent une série de restaurants qui servent des produits de la mer, des vins et des liqueurs de la région ainsi que de plateaux traditionnels « serenenses » dans une ambiance populaire.

Pour la petite histoire, le bâtiment antique qui hébergeait le marché Municipal de La Recova a été gravement endommagé lors du tremblement de terre de 1975. L’actuel édifice a lui été inauguré le 26 août 1981 par Augusto Pinochet et les autorités locales de l’époque.

bullet Feria de Abastos : nous vous recommandons cette feria, qui se tient les mardi, jeudi et dimanche de 8h à 15h. Rénové en 2014, ce marché haut en couleur abrite notamment de nombreux producteurs de fruits et légumes de la vallée de l’Elqui. Il abrite également parfois des événements et concerts.

bullet Cerro Santa Lucía : ce Cerro, qui domine la ville, offre une vue sympathique sur La Serena. À noter la présence d’un fort de l’armée, qui date de 1900. Original de par son architecture, ce bâtiment rouge et blanc abrite aujourd’hui le régiment d’infanterie Coquimbo. Une visite agréable dans ses jardins, avec une entrée gratuite.

Que voir dans les alentours de la Serena ?

bullet Isla Choros : l’île Choros est la première que l’on explore en naviguant au sein de la réserve nationale Pingüino de Humboldt. C’est ici que l’on peut observer sur plus de 290 hectares, quasiment toute la faune marine composant la réserve nationale. Lions de mer, manchots de Humboldt, éléphants de mer et dauphins Nariz de Botella forment, avec une centaine d’espèces d’oiseaux (septembre à mars), un concentré de faune. À noter qu’il est interdit d’accoster sur l’île pour préserver ce paradis animalier.

bullet Isla Damas : l’île Damas est la seconde île que l’on explore en visitant la réserve nationale Pingüino de Humboldt. Elle mesure un peu plus de 60 hectares et possède deux plages de sable blanc et des eaux couleur émeraude où faire de la plongée reste une formidable expérience.

L’île Damas est la seule île de la réserve où l’on peut débarquer. Depuis la plage, il est possible d’emprunter ses quelques sentiers balisés pour de petites marches menant à des miradors d’où le point de vue est magnifique. Il est aussi possible de se trépasser sur ses plages et même d’y camper.

En revanche, la zone étant protégée, la baignade est interdite !

bullet Réserve Nationale Pingüino de Humboldt : composée des îles Choros, Damas et Chanaral de Aceituno (seules les deux premières sont visitables), cette réserve de 860 hectares est située à 120 km de La Serena. Visant à protéger une colonie de manchots de Humboldt, on trouve également des lions de mer, éléphants de mer et dauphins Nariz de Botella.

Ce sont les pêcheurs du petit village Punta de Choros qui emmènent les visiteurs admirer cette faune quand les conditions climatiques le permettent. Les dauphins Nariz de Botella, qui sont arrivés dans la région en 1978, accompagnent les petites embarcations en jouant à leurs côtés.

Il est permis de débarquer sur l’île Damas, qui offre de surcroît deux superbes plages de sable blanc et des eaux couleur émeraude.

bullet Vallée del Elqui : cette fameuse vallée est connue dans tout le Chili pour deux choses, c’est le lieu de naissance du Pisco, la boisson nationale, et de Gabriela Mistral, Prix Nobel de Littérature 1945. La Vallée se trouve à 500 km au nord de Santiago, et doit son nom au fleuve homonyme. Elle s’étend depuis les contreforts des Andes jusqu’au Pacifique, un peu au nord de la ville de La Serena. Dans cette région aride, la vallée bénéficie de ressources hydriques importantes (fleuve et barrages), et constitue un petit oasis idéal pour la production de fruits, de légumes et du fameux raisin qui fait sa renommée. Peuplées par les Molles puis les Diaguitas, ce sont les Espagnols qui les premiers plantèrent du raisin, afin d’obtenir du vin de messe. Parmi les villages de la vallée, Vicuña, lieu de naissance de Gabriela Mistral, institutrice devenue poète ; Alcohuaz et son artisanat ; ou encore Pisco Elqui, le plus touristique et animé. À noter que la vallée abrite deux observatoires astronomiques importants, Tololo et Gemini.

bullet Observatoire de la Silla : à environ 150 km au nord-est de La Serena, l’observatoire de La Silla a été le premier de l’Observatoire européen austral (ESO). Certains des 19 télescopes installés à 2400 m d’altitude sont aujourd’hui hors service mais le site reste à l’avant-garde. Les plus importants pour l’ESO sont le télescope de 3,6 m, le New Technology Telescope (NTT, 3,58 m) et le Max-Planck ESO. Le premier, équipé du spectographe HARPS, a permis de découvrir plusieurs exoplanètes (ou planètes extrasolaires), dont la première potentiellement habitable, appelée Gliese 581d. La Silla est ouvert à la visite le samedi sauf en juillet-août.

bullet Plage los Hornos : située à 36 km de La Serena, dans la commune de La Higuera, la playa Los Hornos est une plage de roches. Peu touristique, elle tire son charme de son coté sauvage et peu fréquenté. Depuis le rivage, vous pouvez apercevoir les nombreuses cabanes de pêcheurs et les îlots alentours. De nombreuses criques forment des espaces idéals pour la baignade.

bullet Coquimbo : située à une dizaine de kilomètres au sud de La Serena, la ville portuaire de Coquimbo a été fondée au XIXe siècle pour embarquer le cuivre extrait dans la région. Beaucoup lui trouve une ressemblance avec Valparaiso pour ses collines peuplées de maisons multicolores surplombant l’océan Pacifique et la partie basse de la ville.

Deux monuments récents s’élèvent au-dessus de la commune : une gigantesque croix de 93 m érigées en 2000, que l’on peut apercevoir depuis l’Avenida del Mar de La Serena, ainsi que la mosquée du centre culturel islamique financée par le Roi du Maroc.

Le barrio inglés est devenu le quartier le plus animé, avec bars et restaurants dans les maisons du XIXe siècle qui ont été rénovées.

bullet Marché au poisson de Coquimbo : à proximité immédiate du port, le marché au poisson est un véritable incontournable : les embruns de l’océan se mêlent à la foule au milieu des étals, et les chalands haranguent les clients pour vanter leur marchandise. Fruits de mer, algues, congre, poisson frais, le choix large sert également les restaurants de la feria pour attirer la clientèle a des prix compétitifs. Ce sont d’ailleurs les restaurateurs les plus insistants, vous hélant et vous priant de s’asseoir à l’une de leurs tables ! Globalement, chaque échoppe se vaut. C’est à qui sera le plus persuasif…

bullet Cruz del Tercer Milenio : dominant la ville su sommet du cerro El Vigia, vous serez d’emblée frappé par cette imposante croix de béton de 93 mètres de haut. Construite à l’occasion du jubilé de l’an 2000, sa physionomie particulière cache de nombreux symboles : les trois colonnes symétriques pour la Sainte Trinité, 10 colonnes à sa base pour les 10 commandements, 12 piliers pour chaque apôtre et un escalier de 2000 marches pour chaque année de l’ère chrétienne. À 20 mètres, un premier mirador, puis un second à 70 mètres.

bullet L’église de Guayacán avec sa structure en fer est issue des ateliers de Gustave Eiffel. Ses origines remontent à l’année 1888 lorsque l’ingénieur Maximiliano Errazuriz fait importer de Belgique une chapelle en acier. L’intégralité de l’église est composée d’une structure métallique montée sur des rails et comprend la nef, dix colonnes intérieures, deux plates-formes pour le chœur et un clocher. La construction est rapide et elle est inaugurée cette même année par l’évêque de la Serena, José Manuel Orrego. Elle est déclarée monument national en 1977.

Restaurants: où manger à La Serena ?

bullet Brisas : situé sur l’Avenida del Mar, ce restaurant moderne offre une vue magnifique sur les vagues et les surfeurs dans le secteur d’El Faro. Bonne cuisine, dont de la viande (chose assez rare dans le secteur) et le service est bien assuré.

bullet Pica Mar Adentro : toujours sur l’Avenida del Mar, le Pica Mar Adentro est une valeur sûre de La Serena. Le chef propose des plats chiliens typiques à base de poissons et de fruits de mer. Service chaleureux, rapide et professionnel.

bullet Bakulic : une décoration soignée avec vue sur la mer, une carte variée et de qualité, des portions généreuses, tous les ingrédients (de la mer) sont réunis pour déjeuner ou dîner.

bullet Casona del 900 : situé dans le centre de La Serena, ce restaurant se trouve dans une ancienne demeure et offre essentiellement des spécialités locales. Parmi les propositions ; parrillada, plateada, cazuela ou longaniza, autant de classiques chiliens. Le tout à déguster avec un pisco sour, bien sûr !

Hôtels : où se loger à La Serena ?

bullet Hotel Mar Ensueño : situé sur l’Avenida del Mar, juste en face de la plage dans le secteur d’El Faro, ses cabanes sont idéales pour profiter d’un voyage en famille. La piscine, le jardin et les barbecues sont quelques-uns des atouts de cet établissement.

bullet Hotel Club La Serena : toujours sur l’Avenida del Mar, et sorti de terre en face de la plage, l’Hotel Club La Serena est doté d’un vaste jardin accompagné d’une piscine qui est entourée d’espaces verts. Décorées dans un style contemporain, les chambres sont spacieuses et certaines jouissent d’une vue sur l’océan ainsi que d’un balcon privé.

bullet Hotel Tierra Diaguita : cet établissement fut créé en 2002 dans une vieille demeure coloniale restaurée de 1854. Le lieu a ainsi gardé son authenticité, et son décor fait appel à la culture et aux matières locales : pierre, tissus, bois. Tierra Diaguita possède en outre son propre spa, et un espace extérieur pour profiter d’un feu de camp à la nuit tombée.

Transports : comment se rendre à La Serena ?

bullet Avion : l’aéroport de La Florida est situé à 5 km du centre-ville de La Serena. Pour la petite anecdote, c’est l’un des deux aéroports au Chili qui compte sur une piste avec un axe est–ouest. En raison de la forme du pays, toutes les autres pistes des aéroports du Chili sont orientées du nord vers le sud.

bullet Route : il faut compter environ 478 km et 5 heures de route via la célèbre Panaméricaine (Ruta 5) pour rejoindre La Serena depuis Santiago.