Voyage sur mesure au Chili » Tourisme : Chili par région » Désert et Altiplano » Vallée de l'Elqui

Voyage dans la vallée de l’Elqui. Séjour et informations.

Géographie, climat, sites, histoire, musées et monuments, hôtels, transports, circuits.

Situation géographique de la Vallée de l'Elqui

La vallée de l’Elqui, au cœur du Petit Nord, est à 570 km au-dessus de Santiago de Chile. Dans les contreforts de la cordillère des Andes, la vallée escarpée suit le cours du rio Elqui. De ce fait, il existe plusieurs réservoirs hydrauliques et divers observatoires astronomiques. La vallée est en moyenne à 610 mètres d’altitude.

Climat dans la Vallée de l'Elqui

La vallée subit un climat semi-aride, qui s’explique par la présence d’un anticyclone du Pacifique subtropical sur le Nord du pays. Etant légèrement en altitude, la température maximale en été atteint les 26 degrés, quand l’hiver le thermomètre ne descendra pas plus bas que cinq degrés. A cause du climat, il peut ne pas pleuvoir certains mois, mais les précipitations hivernales vont jusqu’à 22 mm. Voir notre fiche Quand partir au Chili?

Histoire de la Vallée de l'Elqui

Occupée dès les premiers temps de notre ère par la civilisation El Molle, le travail agricole présent dans la vallée ne date pas d’hier. Ce sont les mêmes hommes qui ont également développé une autre forme du travail de la terre, celui de la poterie. La civilisation Diaguita, découverte dans le village éponyme, a pris le relais sur les Molle et continué dans la logique agricole. Mais l’âge d’or des Diaguitas est interrompu vers 550 lorsque les Incas déferlent sur la vallée et mettent en place leur système et l’organisation de la société. Ils contribuent eux aussi au développement de l’agriculture et de l’élevage, ainsi que l’exploitation minière. Le nom « Elqui » vient même des Incas : cela signifie « en haut ». Les remous de l’Histoire voient ensuite les Espagnols s’établir à la Serena puis s’étendre dans les terres. Ils apportent leur savoir-faire viticole, et les premières caves font surface. En parallèle, l’eau-de-vie Pisco fait son apparition. Au début du XXe siècle, la région connaît une renommée particulière grâce à Gabriela Mistral, modeste maîtresse d’école devenue prix Nobel de littérature.

Que voir dans la Vallée de l'Elqui?

Le village d’El Molle situé au bord de la route 41 a été reconnu en 1938 comme le premier village de peuplement agriculteur préhispanique du Petit Nord du Chili, après des fouilles de Francisco Cornelly. Cette population se développa approximativement au début de notre ère jusqu’à 700 après JC. Ils sont donc devenus quasi-sédentaires et en plus d’avoir favorisé l’agriculture et l’élevage domestique, ils touchèrent au travail du métal. Le village, fleuri et coloré à souhait, apporte une touche pittoresque dans le paysage. C’est également un point de départ important pour des balades à cheval dans les alentours.

voir nos photos

A 6km d’El Molle, le barrage de Puclaro est un barrage de roche compactée sur 83 mètres de haut et 595 mètres de large au sommet qui retient plus de 209 millions de mètres cubes d’eau ! Cela forme ainsi un lac artificiel sur 760 ha. Un sentier sur la partie supérieure du barrage permet d’apprécier sa grandeur. Pensez-bien à vérifier les horaires d’ouverture.

Capitale de la vallée de l’Elqui et du Pisco, du moins à titre officieux, Vicuña existait déjà sous la population des Molles. Ensuite habitée par les Diaguitas puis par les Espagnols, ceux-ci la convertirent en zone viticole. C’est là qu’est né le Pisco, eau-de-vie plébiscitée dans tout le pays et au Pérou ! La date de fondation de la ville est officiellement 1821, et son statut de ville date de 1872 en même temps que son nom définitif. Elle compte aujourd’hui 28 000 habitants, vivant essentiellement du tourisme, de l’agriculture et du travail minier. Faites un détour par sa Torre Bauer, similaire à une tour médiévale et importée d’Allemagne en 1905, son église de l’Immaculée Conception, son cabildo et sa Plaza Mayor.

Situé à Vicuña, le musée Gabriela Mistral fut à l’origine un centre culturel ouvert par Gabriela Mistral elle-même en 1935. Il rassemble de nombreux ouvrages littéraires issus de différentes collections. Après la mort de l’artiste, le musée ouvrit dans la foulée en 1957. Il est en charge de veiller sur les différents témoignages laissés par Mistral, et donc de la faire découvrir au plus grand nombre. Il accueille également plusieurs expositions temporaires d’Arts visuels et décoratifs.

Diaguitas est un village d’origine coloniale situé sur des vestiges de la culture Diaguita qui occupa la vallée de 1200 à 1470 environ. D’une architecture rurale propre à la vallée, le village s’est construit en façade continue. Murs d’adobes et bois pour le toit, les portes et les fenêtres. Ouvrez grand vos yeux pour observer les nombreux détails ornementaux des bâtiments. Sur la place centrale se trouve l’église Notre-Dame du Rosaire, érigée en 1610 en adobe également. Bien que le peuple Diaguitas n’existe plus aujourd’hui, nombreux encore se considèrent de cette ethnie et ancrent leurs activités dans la tradition, comme l’agriculture et la poterie. Deux grandes fêtes viennent aussi ponctuer l’année, l’une en l’Honneur de la Vierge du Rosaire, la seconde à l’occasion du carnaval de Diaguitas !

Dans l’est de la vallée, Paihuano est un lieu superbe pour ceux qui aiment la nature et le calme. Carrefour des vallées Elqui, Cochiguaz et Alcohuaz, l’offre touristique y est variée. A proximité immédiate, la quebrada éponyme de la précordillère réunit les conditions idéales pour observer la voûte céleste. Profitez-en également pour vous détendre aux thermes de la ville.

C’est dans le petit village de Monte Grande que Gabriela Mistral, prix Nobel de littérature Chilienne, passa son enfance et fut scolarisée. C’est ici qu’elle fut enterrée, dans le respect de ses dernières volontés. C’est également à l’intention des enfants pauvres de la région que l’auteur a demandé de verser les recettes de ses oeuvres après sa mort. La casa Escuela, son ancienne école, est devenue un musée en son honneur.

A 38 km au sud-est de Vicuña, se trouve la ville de Pisco Elqui dont le nom fût décidé en 1936 dans le but de promouvoir la liqueur, et ainsi éviter que le Pérou dont le Pisco est également la boisson nationale, ne s’accapare entièrement le produit.  A ce propos, la pisquera Pisco Mistral propose des visites guidées pour en savoir plus sur l’élaboration du Pisco. Avec 800 habitants, la localité se consacre à l’agriculture et la viticulture, ainsi qu’au tourisme. Son église vaut aussi le détour, avant d’admirer le paysage des contreforts andins qui entourent le lieu.

Outre la distillerie Pisco Mistral,  plusieurs autres établissements vous permettront la découverte, la dégustation ou l’achat du fameux breuvage un peu partout dans la vallée. Toujours à Pisco Elqui, ne manquez pas la distillerie Fundo los Nichos : si elle n’est pas la seule à produire des boissons artisanales, elle est bien la dernière à utiliser le savoir-faire traditionnel. Fondée en 1868, elle accueillit de nombreuses personnalités chiliennes. La visite, gratuite, est des plus captivantes ! A Vicuña, vous pourrez vous rendre à la Pisco Capel, une coopérative rassemblant 1200 producteurs locaux ! D’autant plus impressionnant que l’aventure a démarré en 1938 avec seulement 30 producteurs. Le nom de Capel est en fait l’acronyme de Cooperativa Agricola Pisquera de Elqui Limitada. Enfin, à Monte Grande, vous pouvez profiter de la pisquera Artesanos del Cochiguaz, qui appartient à la Capel.

Dans les environs de la Vallée de l'Elqui

A 2200 mètres d’altitude sur le cerro Tololo du même nom et à 80 km de Vicuña, cet observatoire, aussi appelé Observatoire Interaméricain Cerro Tololo, est un observatoire scientifique. A ce titre, il est ouvert au public uniquement les samedis en été comme en hiver si le temps le permet. Les visites se font en groupe de 40 personnes maximum, une  le matin et une l’après-midi pour une durée de deux heures. Le centre se compose de plusieurs télescopes. Sa gestion est prise en charge par le National Optical Astronomy Observatory, centre de recherche Étasunien. Un guide professionnel se fera une joie de vous expliquer tout ceci plus en détail lors de la visite guidée.

 

Deuxième télescope du projet Gemini regroupant Chili, Argentine, Brésil, mais aussi l’Australie, le Canada, le Royaume-Uni et les Etats-Unis ; l’observatoire Gemini Sur permet avec son large diamètre d’observer dans l’infrarouge. Le projet Gemini compte un autre téléscope, situé lui à Hawai. À l’instar du Tololo, c’est un observatoire scientifique, dont les visites sont limitées au vendredi matin entre le 1er septembre et le 31 mai. A 2700 mètres d’altitude, il faut s’accrocher pour y aller: une bonne heure de voiture vous attends, la moitié sur bitume, l’autre sur chemin de terre.

A 1478 mètres, le centre El Pangue équipé de télescopes modernes ouvre ses portes à la visite. On peut ainsi observer les étoiles, sauf lors des nuits de pleine lune car la trop forte luminosité empêche une nette observation des astres.

Situé à Vicuña, l’observatoire Mamalluca a pour vocation depuis une trentaine d’années de faire découvrir les astres aux amateurs grâce à ses 8 télescopes. Au programme : visites guidées, observation à l’œil nu, observation au télescope.

Ne ratez pas le coche, le centre Cancana organise deux visites par jour, à 19h00 et 21h00 en hiver, et à 21h30 et 23h30 en été.  Idéalement situé du côté de Cochiguaz, son emplacement lui permet d’éviter les lumières de la ville qui se reflètent dans les cieux et brouillent la visibilité stellaire. L’observation des étoiles en est donc encore meilleure.

Où se restaurer dans la Valée de l'Elqui ?

El Pisqueña est un restaurant qui depuis 1992 propose de la cuisine locale à base de tomate, piment, charqui, oignons, fèves, haricots ou figues. A la carte s’ajoute une offre des vins et piscos de la région, produits dans la vallée. Il vous faut goûter à sa tabla Pisco Elqui, fromage de chèvre typique accompagné de tomates séchées et miel.

C’est parce qu’il a repris les locaux de l’ancienne école de Pisco Elqui que cet établissement fut nommé la Escuela. Ouvert il y a quelques années, ce restaurant-bar se veut un lieu d’accueil d’événements sociaux et artistiques pour offrir au client une expérience unique.

Si vous préférez goûter à la cuisine régionale dans un cadre simple et agréable, rendez-vous au Delatere. Vous serez alors dans une ambiance familiale, ponctuée par la présence de musiciens pour agrémenter le moment.

Se loger dans la Vallée de l'Elqui

Pour un séjour original, posez vos valises au Tesoro de Elqui à Pisco Elqui: dix cabanes de bois vous attendent au milieu d’un jardin plein de charme. La propriétaire allemande n’aura de cesse de vous offrir un moment agréable et convivial dans un cadre intimiste. Enfin, en cas de chaleur, la piscine ravira petits et grands pour un bon moment de détente.

À Vicuña, c’est le Terral Hôtel and spa qui vous fera bénéficier d’un séjour détente. Primé 4 étoiles, ce lieu fut construit en 2010 sur les fondations d’une ancienne maison coloniale dont la façade en adobe fut conservée. L’hôtel comprend 31 chambres, dont les portes, les fenêtres et une partie du mobilier de bois proviennent d’un couvent aujourd’hui démoli. Le spa propose massages, jacuzzi et yoga, pour des instants de plénitude des plus agréables.

Comment se rendre dans la Vallée de l'Elqui?

bullet En Avion : vol de Santiago à La Serena, puis compter 50 minutes de route jusqu’à Vicuña, et une heure et demie jusqu’à Pisco Elqui.

bullet En voiture : depuis Santiago, suivez la route 5 jusqu’à la Serena. Là, vous prenez la route 41 qui vous mènera à Vicuña ou Pisco Elqui. Compter sept heures de route jusqu’à Pisco Elqui.

bullet En bus : il existe plusieurs compagnies de bus desservant Vicuña depuis Santiago ou La Serena. Pour Pisco Elqui, il vous faudra prendre un bus depuis la Serena ou Vicuña, il n’y a pas de desserte directe de Santiago.