Augusto Pinochet, le chef de la junte

Militaire, il a dirigé la junte au pouvoir de 1973 à 1981 et a été président de la République de 1974 à 1990.

Issu d’une famille de la classe moyenne, de lointaine origine française, Augusto Pinochet est né le 25 novembre 1915 à Valparaiso. À l’issue de son école militaire, il entame une carrière dans l’infanterie et devient sous-lieutenant en 1939, commandant en 1953, général de brigade en 1970, général de division en 1973. En août de la même année, il est nommé commandant de l’armée de terre par le président Salvador Allende. Mais il rejoint presque aussitôt un complot qui conduit au coup d’État du 11 septembre 1973.

Une junte militaire de gouvernement, présidée par Pinochet, est mise en place. En 1974, il est nommé « chef suprême de la Nation », puis président de la République. Ses « méthodes » de gouvernement conduisent les Nations Unies, en 1977, à dénoncer « les violations constantes et flagrantes des droits de l’homme qui ont eu lieu et continuent d’avoir lieu au Chili ».

En 1988 débute un processus de retour à la démocratie qui conduit à l’élection, le 14 décembre 1989, de Patricio Aylwin, candidat de la Concertation des partis pour la démocratie. Cependant Pinochet reste commandant en chef de l’armée jusqu’en 1998, puis devient sénateur à vie.

En 1998, Augusto Pinochet est arrêté à Londres suite à un mandat d’arrêt international émanant du juge espagnol Baltasar Garzón pour « assassinat et torture de citoyens espagnols » entre 1973 et 1989. Après quinze mois d’atermoiements, la justice britannique le libère pour raisons de santé. Pinochet rentre alors à Santiago où il attend d’être jugé par ses concitoyens. Finalement, il meurt le 10 décembre 2006 sans avoir été jugé.

Aujourd’hui encore, les Chiliens restent divisés sur Pinochet : certains considèrent qu’il a sauvé le Chili du communisme, d’autres lui reprochent les assassinats et tortures perpétrés sous son régime.