Voyage sur la Route Australe, Chili. Information, tourisme

Géographie, climat, histoire, excursions, patrimoine, monuments, hôtels, transports.


Situation géographique de la Route Australe

La mythique Route nationale 7, plus connue sous le nom de Route Australe ou Carretera Austral, s’étend de Puerto Montt à Villa O’Higgins sur une distance de 1 240 km. Elle se compose pour l’essentiel d’une piste assez étroite (4,5 m en moyenne), en bon état et bien entretenue. A noter qu’il faut à différents endroits prendre un bac pour traverser des lacs ou des fjords… Ce qui ajoute un charme indéniable au parcours.
Outre une quinzaine de villes et villages, la Route Australe traverse deux régions : la région X de los Lagos au nord, et surtout la région XI de Aysén (ou Aisén), la moins peuplée du pays, au sud. Elle propose ainsi une variété de paysages incroyable, un véritable concentré de la Patagonie : les Andes et ses volcans, le Pacifique et ses fjords, des lacs, des forêts et des glaciers. Plus encore qu’en Terre de Feu, la sensation d’avoir atteint le bout du monde est omniprésente tout le long du circuit.

Histoire de la Route Australe

La construction de la Carretera Austral a débuté en 1976, sous le régime d’Augusto Pinochet, avec pour objectif principal de relier les différents villages de ces régions chiliennes isolées.
Elle fut édifiée par plus de 10 000 soldats de l’armée chilienne, qui participèrent ainsi à l’ouvrage architectural chilien le plus coûteux au XXe siècle. Cette entreprise n’était pas dénuée de risque car il fallut créer des voies à travers des fjords, deux cols et des roches glaciaires. Pour y parvenir, des opérations de dynamitage furent entreprises, coûtant la vie à plusieurs soldats.
La première portion de la Route Australe fut inaugurée en 1986 par le général Augusto Pinochet, et jusqu’en 1989 elle porta le nom officiel de Carretera General Augusto Pinochet. La route fut finalement achevée en 2000, avec la construction des derniers kilomètres jusque Villa O’Higgins, l’ultime étape.

Que voir sur la Route Australe?

bullet Puerto Montt
Cette ville, bâtie à la fin du XIXe siècle par les colons allemands et chiliens, est aujourd’hui la capitale de la région X et le point de départ de la Carretera Austral. Elle possède l’avantage d’être très bien desservie : en effet, on peut y accéder par avion, par la mer ou via une route à deux voies. Outre la route australe, Puerto Montt est également la porte d’entrée pour découvrir la splendide région des lacs. Parmi les sites importants des environs, les rives du lac LLanquihue (Frutillar et Puerto Varas, notamment), les Parcs Vicente Perez Rosales, Llanquihue et Alerce Andino, ou encore l’île de Chiloé.

bullet Le Parc Tagua Tagua, Puelo
A 150 km de Puerto Montt, le nouveau parc Tagua Tagua protège 3.000 hectares aux environs du lac Tagua Tagua, sur la commune de Cochamó. Il abrite rivières, cascades et forêts d’alerces. Sa riche faune comprend quelques espèces rares, dont le petit marsupial chien de vertu, aussi dit chumaihuén ou monito del monte, ainsi que la grenouille de Darwin. Il est aussi réputé pour les quatre sommets qui partent de la vallée de Cochamó, particulièrement adaptés pour pratiquer l’escalade. Les deux accès possibles sont la traversée du lac Tagua Tagua en barque ou une excursion organisée avec le Mítico Puelo Lodge. On y compte des refuges récemment installés, comme Los Alerces et Los Quetrus.

bullet Le Parc Hornopirén
Le Parc Hornopirén permet la protection de 48.232 hectares sur la commune de Hualaihué depuis sa création en 1988. L’Unesco l’a classé dans la Réserve de biosphère des forêts tempérées humides des Andes australes en 2007. Son relief, modelé par les coulées de lave et les glaciers, est couvert de bois natifs, caractérisés par les essences d’alerces, lengas et coigüe de Magellan. Il compte trois lacs, le Cabro, le Lago Inexplorado et le Pinto Concha. Ses volcans culminent à 2187 m pour Yates et 1 572 m pour Hornopiren. Il est la plupart du temps fermé en hiver, entre juillet et novembre.

bullet Futaleufú
Futaleufú est un charmant village niché dans les Andes, à quelques 80 km à l’est de la Carretera. Une Réserve nationale a été créée en 1998, à 7 km de la commune. Intégré à la Réserve de biosphère Unesco créée en 2007, elle protège de nombreuses forêts, des vallées et de spectaculaires rivières. Elle offre en outre des promenades pédestres et équestres intéressantes.

bullet Parc Pumalin
Le Parc Pumalín est géré par la fondation chilienne Pumalín, ce qui fait de lui une des seules réserves privées du Chili. Cette dernière a hérité du travail de conservation initié par le « Conservation Land Trust » à partir de 1991, lorsque le milliardaire Douglas Tompkins a racheté 17 000 ha du Fundo Reñihué pour créer ce qui est devenu en 2005 un Sanctuaire de la nature classé par l’Etat du Chili. Il couvre 325 000 hectares dans la province de Palena, au sud d’Hornopirén. Ses forêts humides abritent une grande biodiversité. Ses thermes de Cahuelmó attirent également les touristes qui veulent se baigner après une randonnée, un après midi de pêche ou une excursion en kayak. Une équipe de gardes forestiers surveille aussi les activités agricoles périphériques, telles que l’élevage pour le fromage, la laine ou les cultures potagères.

bullet Puerto Raúl Marín Balmaceda
Puerto Raúl Marin Balmaceda est petit village de 500 habitants, à 73 km de la Route Australe en direction du Pacifique. Situé sur le delta du fleuve Palena, il faut prendre un bac pendant quelques minutes afin d’accéder au village, niché au bord d’un fjord. Outre ses paysages de bout du monde, la grande attraction du lieu est sa faune marine : lions de mer, manchots, dauphins et parfois même baleines sont présents dans cette zone. Il est également possible de pratiquer la pêche sur les côtes ou sur les rivières en amont, de découvrir la forêt et ses sources, ou encore de séjourner dans l’une des estancias de la région.

bullet Le Paso Las Pampas, Lago Verde
Le Paso Las Pampas, Lago Verde marque la frontière entre la province argentine du Chubut et la XIe province chilienne d’Aisén. C’est un passage particulièrement aventureux, puisqu’il implique d’emprunter une piste sinueuse entre les montagnes rocheuses, d’ouvrir et refermer des barrières agricoles, et même traverser à gué le rio Pampas qui peut devenir tumultueux en hiver. Du côté argentin, le dernier village avant la frontière est Aldea Las Pampas, baptisé officiellement Atilio Viglione en 2005 sans que les locaux changent d’habitude. Il reçoit chaque année en janvier la Fête provinciale de la cordillère, où les gauchos rivalisent d’adresse à cheval pour les rodéos et démonstrations de doma. Plus on s’approche du Chili, plus la végétation se fait abondante, et les champs cultivés. Lago Verde, le premier village rural chilien que l’on croise, doit son nom à la belle couleur de son lac.

bullet Parc national Queulat
Le Parc Queulat offre sans nul doute la carte postale du parcours, avec la Carretera sillonnant entre des arbres immenses. Les 150 000 hectares du Parc protègent en effet une forêt de nothofagus, d’alerce et d’araucaria, sans oublier les improbables feuilles de nalca. Parmi les sites incontournables du Parc, le village et le fjord Puyuhuapi, la cuesta Queulat, le sentier Padre García ou le ventisquero colgante, un impressionnant glacier tombant, formant une cascade de plus de 80 m de hauteur au milieu de la forêt.

bullet Coyhaique (Coihaique)
Capitale de la XIe région, cette ville a été construite en 1929 en plein cœur des montagnes. Elle abrite aujourd’hui le Musée régional de la Patagonie, qui relate l’histoire de la colonisation dans la région. De belles promenades sont à faire au sein de la Réserve nationale Coyhaique, qui jouxte la ville. Cet endroit est également réputé pour la pratique de la pêche sportive. A noter que l’aéroport régional se trouve à Balmaceda, à 60 km.

bullet Réserve Cerro Castillo
Cette Réserve de 180 000 ha, entre Coyhaique et le lac General Carrera, abrite les aiguilles rocheuses de Cerro Castillo et ses 2 675 m, qui dominent toute la zone. Elle est connue pour ses trekkings qui permettent d’apercevoir de nombreux spécimens de faune locale. A quelques km du village Villa Cerro Castillo, il est possible de visiter un site d’art rupestre datant d’environ 6 millénaires et abritant des centaines de peintures de mains rouges.

bullet Lac General Carrera
À cheval entre le Chili et l’Argentine, où il porte le nom de Lago Buenos Aires, c’est le second plus grand lac du continent après le Titicaca. Le Lago General Carrera – Lago Chelenko en langue indienne – est d’une belle couleur azur, due à ses origines glaciaires. De nombreuses activités sont possibles dans la région, au départ de Puerto Guadal ou Puerto Bertrand : découverte des glaciers environnants, pêche en lacs et rivières, randonnées équestres et pédestre, rafting ou encore excursion nautique à la découverte des splendides cathédrales de marbre.

bullet Cathédrales de marbre
Il s’agit d’une impressionnante formation rocheuse de carbonate de calcium, sur les côtes du Lac General Carrera. Au fil des ans, les eaux du lac ont érodé les roches, créant ces formations à l’intérieur desquelles il est possible de rentrer avec de petites embarcations. Cette excursion nautique se fait au départ du village de Puerto Rio Tranquilo, tout au long de l’année.

bullet Cochrane
Cette ville de 3 000 habitants se trouve à une dizaine de km du Lago Cochrane, sur lequel il est possible de faire un tour en canot ou de pêcher. Un peu plus loin, la Réserve nationale Tamango, qui s’étend sur 6 925 ha, abrite des paysages magnifiques ainsi qu’une flore et une faune abondante, comme le mythique huemul, un cerf originaire du Chili et désormais protégé. Le parc est également l’habitat naturel de renards, guanacos, pumas, viscaches sauvages, condors andins et de nombreux rongeurs. Il est possible de pratiquer des activités sportives au sein du parc, telles que le trekking et le kayak.

bullet Paso Roballos
Paso Roballos est le passage frontalier le plus au sud entre l’Argentine et le Chili. Il permet de relier la carretera australe chilienne et la route 40 qui longe la Cordillère argentine. Entre lacs et cols, les paysages sont spectaculaires. Le lieu-dit est très isolé, à 715 m d’altitude entre les deux localités Bajo Caracoles de la province de Santa Cruz, du côté argentin, et Cochrane dans la région Aysen, à 11 km du côté chilien. Beaucoup moins emprunté que le passage de Chile Chico, le Paso Roballos comporte une portion de piste difficilement praticable par temps de pluie.

bullet Caleta Tortel
Ce village pittoresque de 500 habitants date des années 1950. Sa particularité est d’avoir été construit sur les flancs d’un fjord, à même la roche. Point de rue ici : le village est relié par 7,5 km de passerelles et d’escaliers en bois. Depuis le village on peut également naviguer vers le glacier Steffen ou la Isla de los Muertos.

bullet Glacier Montt
Le glacier Jorge Montt appartient à l’ensemble glaciaire de Patagonie australe, le troisième plus étendu au monde après le Groenland et l’Antarctique. Il tient son nom de l’amiral qui fut le premier président de la république parlementaire chilienne entre 1891 et 1896. Sévèrement touché par le réchauffement climatique, le glacier Montt a reculé de 19,5 km entre 1898 et 2011. L’accélération de ce phénomène de fonte des glaces est liée à son emplacement au-dessus des eaux très profondes d’un fjord ; les crevasses et icebergs se forment plus facilement et ébranlent l’ensemble. Ce glacier se visite en bateau en bateau depuis Caleta Tortel ; l’excursion n’est possible qu’en cas de bonnes conditions météorologiques.

bullet Villa O’Higgins
Ce village, qui compte 600 habitants, est le terminus de la Route australe. Pour le rejoindre depuis Caleta Tortel, il est nécessaire de prendre un bac à Puerto Yungay, situé à une vingtaine de km de là. La traversée du Rio Bravo dure environ 40 minutes; ne restent alors plus que 100 km de piste avant d’arriver à Villa O’Higgins. Outre des randonnées intéressantes dans les montagnes environnantes, il est possible de prolonger l’aventure vers le sud avec une navigation sur le lac O’Higgins.

bullet Glacier O’Higgins
Une fois à Villa O’Higgins, on ne peut certes aller plus loin par la route… Mais on peut prolonger l’aventure vers le sud en bateau. Cette navigation d’une journée complète vous emmène à travers les fjords du lac O’Higgins, puis, clou du spectacle, permet d’approcher le glacier du même nom qui se jette dans le lac. L’embarcation s’approche à quelques centaines de mètres de sa paroi de 3 km de large pour 80 m de hauteur ! L’embarcadère se trouve à 7 km du village.

Hôtels : où se loger sur la Route Australe?

bullet L’Hôtel Mítico Puelo, Parc Tagua Tagua a un emplacement privilégié au milieu de la belle forêt qui entoure le lac Tagua Tagua, à 170 km de Puerto Montt. Il propose 25 excursions de pêche, cavalcade, rafting, randonnée ou VTT. Un salon chaleureux permet de se détendre au coin de la cheminée, après avoir dégusté de belles spécialités régionales dans son restaurant et siroté un petit cocktail au bar.

bullet Fundo Los Leones, Puerto Raul Marin Balmaceda : située à quelques km de l’entrée du village, cette estancia jouit d’une situation exceptionnelle. En effet, elle propose plusieurs petites cabanes traditionnelles nichées au bord d’un fjord, avec le champ de glace en fond. Idéal pour une halte de quelques jours en pleine nature… Un lieu intimiste et rare.

bullet Puyuhuapi Lodge & spa, Bahía Dorita : accessible uniquement via une courte navigation, ce lodge vous permet de profiter d’un moment de détente très confortable en plein cœur de la nature. L’établissement est en totale harmonie avec l’environnement, et les chambres spacieuses et confortables offrent une terrasse avec vue sur les eaux calme de la baie Dorita. Une pause tout en calme et volupté.

bullet Hotel El Reloj, Coyhaique : non loin du centre-ville, cet hôtel recrée une ambiance familiale et une atmosphère décontractée pour que vous vous sentiez comme chez vous. Son point fort est son restaurant gastronomique, qui propose des plats régionaux et internationaux, tous délicieux. Une bonne adresse dans la capitale.

bullet Lodge 3 lagos, Puerto Gadal : à quelques km du lac General Carrerra, ce lodge vous accueille au sein d’un paysage vierge et saisissant. Il s’intègre parfaitement au milieu naturel, grâce à des constructions en bois, et propose un spa, équipé de salle de massage et de soins, ainsi qu’un sauna et de nombreuses activités. Une halte confortable.

bullet Lodge Entre Hielos, Caleta Tortel : dans ce petit hôtel assez récent, chaque chambre est entièrement construite en bois de la région et se fond dans l’environnement unique du village. Ici, l’atmosphère est familiale et le restaurant propose une carte gastronomique élaborée à partir de produits régionaux. Un lodge de caractère, particulièrement chaleureux.

bullet Lodge Robinson Crusoé, Villa O’Higgins : ce lodge offre sur la dernière halte de la Route Australe, un refuge à la fois design et intégré au décor. Vous n’aurez aucun mal à vous détendre dans sa grande salle commune, autour du feu.

Transports : comment se déplacer sur la Route Australe?

Pour débuter votre séjour, il est possible de rejoindre les aéroports de Puerto Montt (région X) ou de Balmaceda (région XI, à 60 km de la capitale Cohayque). De là, il est possible de louer une voiture pour parcourir la Route Australe. Attention, il est recommandé de se renseigner sur l’état des pistes. Même si celles-ci sont souvent bien entretenues, les pluies fréquentes dans la région peuvent compliquer les trajets. De la même manière, il faut bien se renseigner sur les horaires des bacs avant de partir.

Circuit d'exception sur la Route Australe

Chile Excepción propose plusieurs circuits sur mesure sur la Route Australe. Un exemple de parcours :
Séjour sur la Route Australe : Coyhaique, Cochrane, Caleta Tortel : ce circuit de 16 jours en autotour vous permet de partir à la découverte de la Carreterra Austral… Un condensé des plus beaux paysages de Patagonie. Entre la Cordillère des Andes et le Pacifique, les volcans et les fjords, la sensation de se trouver au bout du monde est omniprésente.

Voir notre fiche : Quand partir au Chili.