Chile Excepción » Chili par régions » Centre du Chili » Ville de Santiago du Chili » Centre historique et civique

Centre historique et civique, Santiago de Chile

Monuments et centres d’interêt.

Barrio cívico

En plein cœur historique de Santiago, le quartier civique abrite le Palacio de la Moneda, siège de la présidence, et un ensemble harmonieux de bâtiments construits dans les années 1930 destinés aux organes du pouvoir: ministères, armée, banques, etc. La Plaza de la Ciudadanía, du côté Nord de la Moneda, cache un complexe sur trois niveaux en sous-sols, le Centro cultural Palacio de la Moneda, où l’on trouve une exposition de l’artisanat chilien, des restaurants, la cinémathèque nationale, des galeries et un centre de documentation sur les arts. C’est bien sûr dans ce quartier névralgique que prennent place les statues des libérateurs José de San Martín et Bernardo O’Higgins. Ce dernier, père de la patrie, repose dans une crypte.

Marché Central de Santiago

Le Mercado Central de la capitale, dans le quartier historique, a été inauguré en 1872. Son édifice imposant, classé monument historique, possède une structure en fer forgé qui rappelle les vielles stations de train françaises. Le marché, qui compte 241 locaux, est notamment réputé pour la qualité de ses produits de la mer. Un incontournable pour humer l’atmosphère populaire et gastronomique de la ville.

Mercado la Vega Central

Le marché central de La Vega, appelé simplement La Vega par les locaux, se trouve au Sud de la commune de La Recoleta à Santiago. C’est un marché très important de fruits et légumes : on estime qu’il abrite 4% des transactions chiliennes de ce secteur. Dès l’époque coloniale des vendeurs proposaient leurs produits sur le site, mais il fallut attendre 1895 siècle pour que le marché soit officiellement constitué, et 1916 pour que les 6000 m2 de hangars soient édifiés définitivement. Un parcours haut en couleur !

Place d'Armes

L’activité commerciale se concentre sur les rues piétonnes Paseo Ahumada et Paseo Huérfanos, jalonnées de galeries, de cafés et pâtisseries, et de quelques beaux édifices comme ceux du Banco de Chili et l’ex-hôtel Crillón. La place d’Armes est le lieu de fondation de la ville et le km 0 du Chili. Le dimanche, foire aux puces entre la place et l’Alameda dans la rue Estado.

Cathédrale métropolitaine

Construite à partir de 1748 sur la place d’Armes, elle doit son style sobre à l’architecte Toesca, auteur de la façade néoclassique qui sera complétée en 1800 par deux tours. Trois nefs de plus de 90 mètres de long pour un ensemble majestueux en cours de rénovation complète (fin des travaux prévue en 2010). Petit musée d’art sacré.

Palacio de la Real Audiencia - Museo Histórico Nacional

Sur la place d’Armes, ce palais néoclassique d’influences toscanes a été construit à la fin de la colonie espagnole pour abriter le pouvoir judiciaire. Après l’indépendance, il a été le siège de plusieurs ministères jusqu’à leur transfert à la Moneda et, depuis 1982, celui du Musée historique national. Près de 70.000 pièces permettant de retracer l’histoire du Chili, à commencer par la période précolombienne puis la conquête, au rez-de-chaussée. À l’étage, collection de peintures illustrant les guerres d’indépendance, puis histoire du XXe siècle jusqu’en 1973, année du coup d’État. Le musée est fermé le lundi.

Casa Colorada

L’une des maisons coloniales les mieux conservées de Santiago. C’est un notable, Mateo de Toro y Zambrano, qui l’a faite construire entre 1769 en 1779: le rez-de-chaussée était destiné aux activités de négoce, l’étage au logement de la famille. C’est ce même homme qui sera désigné président de la Première junte de gouvernement en 1810. La maison doit son nom à l’enduit rouge qui la recouvre et n’a été rajouté qu’à la fin du XIXe siècle. La Casa Colorada abrite le Museo de Santiago, un petit musée sur l’histoire de la ville (fermé le lundi).

Basilique de la Merced

Le premier temple construit en 1548 a été détruit par un tremblement de terre, à l’exception du portrait de la Vierge de la Merced. L’église actuelle date de la fin du XVIIIe, avec une participation de l’architecte Toesca, incontournable dans le centre de Santiago. La chaire en bois sculptée est l’une des œuvres les plus remarquables de la basilique, où sont enterrées plusieurs personnalités nationales. Un musée est installé dans le cloître, unique vestige de l’église construite au XVIe siècle. Art sacré mais aussi témoignages et objets sur l’évangélisation des indigènes, ainsi que des pièces de l’Île de Pâques, dont une rare tablette en rongo rongo, cette écriture hiéroglyphique qui n’a toujours pas pu être déchiffrée.

Palacio de la Moneda

Lorsque l’architecte italien Joaquín Toesca entreprend la construction de ce palais néoclassique en 1786, il est destiné à la Casa de la Moneda (hôtel de la monnaie) de la royauté. Ce grand bâtiment austère devient résidence des présidents de la République à partir de 1846, après l’indépendance du Chili, puis siège de la présidence. Le 11 septembre 1973, les militaires putschistes menés par Augusto Pinochet bombardent puis assiègent le palais, où le président Salvador Allende trouve la mort. Le palais ouvre ses portes au public le 28 mai et il est possible, tous les jours de 10h à 18h, d’en traverser les cours, le Patio de los Cañones et le Patio Los Naranjos avec ses beaux orangers.

Universidad de Chile et Club de la Unión

De style néoclassique français, le bâtiment de l’Université du Chili est l’un des plus beaux de la capitale construits au XIXe siècle, grande époque de développement architectural de Santiago. C’est le siège du rectorat. En face, de l’autre côté de la large avenue Alameda Bernardo O’Higgins, le Club de la Unión, un bel édifice construit au début du XXe siècle, met ses élégants salons à disposition des réceptions de personnalités. Malheureusement, il faut être chaperonné par un membre du club pour pouvoir l’admirer de l’intérieur.

Église San Francisco

Voici le seul bâtiment du XVIe siècle à avoir résisté aux tremblements de terre et incendies. Les franciscains s’étaient engagés à construire un temple et un couvent sur le pâté de maisons ayant appartenu à Pedro de Valdivia, le fondateur de la ville. L’église a été commencée en 1586 et terminée en 1618, avec une grande façade en pierre rouge. Plafond d’influence mudéjar doré et polychromé, image de la Virgen del Socorro, chaire en bois, diverses œuvres d’art de l’époque coloniale. Magnifique jardin dans le cloître et musée d’art sacré avec une salle dédiée à la poétesse Gabriela Mistral, avec sa médaille de prix Nobel de littérature.

Bibliothèque nationale

Grand bâtiment d’influence française qui occupe tout un pâté de maisons (Alameda et Miraflores) et se veut l’une des plus grandes bibliothèques d’Amérique du Sud. La salle Medina, avec ses chaleureuses boiseries et galeries, conserve la collection d’imprimés de l’époque coloniale la plus importante d’Amérique latine. Visites guidées pour ceux qui le souhaitent.

Théâtre municipal

Concerts, opéra, ballets sont programmés d’avril à novembre dans le Teatro Municipal, principale salle de spectacles classiques de Santiago. Il a été construit entre 1853 et 1857 par l’architecte français Brunet des Baines, avec la collaboration à distance de Charles Garnier, auteur de l’Opéra de Paris. Comme beaucoup de bâtiments de Santiago, il a été quasiment détruit par un incendie, quelques années plus tard, et reconstruit par un autre Français, Lucien Hénault. Nouvelle restauration après le tremblement de terre de 1906, cette fois par le français Doyere, qui a respecté le tracé original. Le théâtre dispose de trois corps stables: ballet, chœur et orchestre philharmonique.

Basilique de los Sacramentinos

Cette église, connue également sous le nom de Parroquia del Santísimo Sacramento et située à Santiago, est un temple catholique. Elle a été construite entre 1911 et 1934 par l’architecte Ricardo Larraín Bravo. Son architecture s’inspire de la Basilique du Sacré Cœur de Paris avec son style néo-byzantin.

Sénat de La République du Chili

Le Sénat est situé au cœur de Santiago, à deux pas de la Place d’Armes. C’est la Chambre haute du Chili qui est composé de 50 membres élus au scrutin direct pour 8 ans. Il est conçu  sous le gouvernement de Manuel Montt par l’architecte français Claude-François Brunet de Baines, mort deux ans avant le commencement de la construction. L’édifice est inauguré le 1er juin 1876 sous le gouvernement de Federico Errázuriz Zañartu. 

Académie Diplomatique Andrés Bello

L’Académie a été créée par décret le 3 juin de 1954 et porte le nom d’Andrés Bello en reconnaissance de l’immense travail qu’il a su développer dans les relations internationales en tant qu’officier supérieur des relations extérieures. Depuis 60 ans, cette académie compte une large tradition de formations et de coopérations internationales et a formé beaucoup de professionnels dans le domaine diplomatique national et étranger.