Salvador Allende : le Président renversé

Médecin et homme politique socialiste élu à la présidence du Chili en 1970 et déposé par Pinochet en 1973.

D’une famille bourgeoise, de lointaine origine basque par son père et belge par sa mère, Salvador Allende Gossens est né le 26 juin 1908 à Valparaiso. Il fait des études de médecine à l’université du Chili et entre rapidement dans les instances politiques étudiantes. En 1933, année où il achève sa thèse, il participe à la création du Parti socialiste chilien. Deux ans plus tard, il adhère également à la franc-maçonnerie.

Déjà président du Frente Popular à Valparaiso, il prend aussi des galons au sein du Parti socialiste. Élu député, il s’intéresse surtout à ce qui concerne les problèmes sociaux. Après avoir dirigé la campagne présidentielle de Pedro Aguirre Cerda, il rentre dans son gouvernement comme ministre de la Santé en 1939. C’est à cette époque (1940) qu’il épouse Hortensia Bussi, dont il aura trois filles. Suite au retrait du Parti socialiste du Frente Popular, Allende quitte son ministère.

En 1944, il devient secrétaire général du Parti socialiste. De 1945 à 1969, il est élu et réélu sénateur plusieurs fois. Il est nommé président du Sénat en 1966. En vue de sa quatrième campagne présidentielle, il met en place une coalition des gauches, l’Unidad Popular (UP). Il parvient finalement à se faire élire président de la République le 3 novembre 1970.

Il tente dès lors de construire une nouvelle société basée sur le socialisme à travers la démocratie. Il poursuit la réforme agraire et lance la nationalisation de l’industrie du cuivre, des banques et d’autres entreprises (compagnie aérienne nationale, agroalimentaire, etc.). Il réforme également le système de santé et l’éducation. Pendant les premiers mois, l’économie donne plutôt des signes positifs. Les problèmes ne tardent pas, en revanche, du côté des agriculteurs dont les terres sont confisquées dans le cadre de la réforme agraire. C’est l’époque de la naissance des cacerolazos: depuis leur balcon, les manifestants tapent en rythme sur des casseroles à un horaire convenu.

En 1971, Allende reçoit en séjour le Président cubain Fidel Castro, puis il officialise le rétablissement des relations diplomatiques avec Cuba. Cela inquiète la droite, mais aussi une partie de ses anciens alliés de l’UP, et les Etats-Unis. Cependant, la situation économique se détériore, en particulier avec la chute du prix du cuivre (premier produit d’exportation du pays), l’augmentation de la valeur des exportations, l’inflation. Avec la récession, les salaires réels baissent tandis que certaines denrées de base viennent à manquer.

Au fil des mois, opposants et partisans de la politique d’Allende s’affrontent de plus en plus violemment. L’été 1973 connaît une forte instabilité sociale. Le 23 août, en nommant Augusto Pinochet général en chef des armées, Allende espère trouver un appui compétent pour rétablir le calme. Mais, à l’aube du 11 septembre 1973, le palais présidentiel de la Moneda est assiégé par l’armée. Allende s’adresse une dernière fois aux Chiliens à la radio. Il meurt peu après, semble-t-il en se donnant la mort. C’est le début du régime dictatorial d’Augusto Pinochet.

Considéré comme un héros par certains, Salvador Allende suscite encore aujourd’hui, au Chili, des débats passionnés.