Les Chinchorros, Chili : des momies étonnantes

Ce peuple semi-nomade du Nord du Chili a laissé des traces hors du commun de ses rituels funéraires .

La présence des Chinchorros dans l’extrême Nord du Chili est datée de 6.000 ans avant notre ère, sans que les scientifiques sachent bien leur origine. Il s’agissait d’un peuple de pêcheurs et chasseurs-cueilleurs vivant dans des camps semi-nomades le long de la côte Pacifique, entre Ilo (Sud du Pérou) et Antofagasta. Outre ce qu’ils ramassaient, chassaient et pêchaient, ils faisaient du troc et consommaient du quinoa. Les objets retrouvés, et que l’on peut voir au musée archéologique San Miguel de Azapa, près d’Arica, permettent de savoir qu’ils fabriquaient et utilisaient des arcs et flèches, des harpons, des hameçons (avec des pics de cactus par exemple), des filets végétaux, de la vannerie, etc. Ils tissaient aussi et aimaient les parures. Les Chinchorros se sont peu à peu sédentarisés dans les vallées fertiles près du littoral, pratiquant l’agriculture. À la même époque, il y a environ 3.000 ans, apparaît la céramique, simple et servant d’ustensile. Les recherches des archéologues laissent penser que les échanges se sont multipliés avec d’autres peuples, surtout de l’actuel Pérou. Le lama a été domestiqué, aidant ainsi le transport et les échanges. Les traces de la culture chinchorro disparaissent à ce moment-là, vers 1.700 avant J.-C.

La caractéristique la plus impressionnante du peuple chinchorro est son rituel funéraire. Il a laissé dans la région d’Arica des momies qui, datées au carbone 14, ont pour certaines plus de 7.000 ans, ce qui en fait les plus anciennes trouvées dans le monde. Quelque 300 momies chinchorros ont été retrouvées dans le Nord du Chili, s’étalant sur des siècles et avec des techniques qui ont évolué. Les plus anciennes étaient noires, les corps recouverts d’une sorte d’argile peinte avec du manganèse; ensuite les corps étaient peints en rouge sauf le visage en noir ou en marron ou bien encore bandées. Ces momies ont ainsi été figées pour l’éternité comme des statuettes.

Selon les techniques, les corps étaient éviscérés ou bien réduits à l’état de squelette. Les premières momies chinchorros ont été retrouvées au début du XXe siècle, mais les archéologues n’ont pas pu percer tous les mystères de ces rites funéraires, de leurs croyances religieuses et des raisons de la momification. Ils estiment que la momification était destinée à tous les membres de la communauté, sans distinction d’âge, de sexe ou de statut social, et que les momies étaient régulièrement placées dans le monde des vivants, peut-être à l’occasion de cérémonies. La plupart des momies sont conservées au musée archéologique San Miguel de Azapa, près d’Arica, d’autres dans les musées d’histoire naturelle de Santiago et de Valparaiso. Le Museo chileno de arte precolombino de Santiago présente également cette culture.