Francisco Coloane, l’aventurier du bout du monde

Le grand auteur de romans d’aventure du Chili excelle à raconter la Patagonie, Chiloé, les marins, la nature…

Fils d’un capitaine de baleinier, Francisco Coloane Cárdenas passe son enfance à Quemchi, un port de l’île de Chiloé où il est né en 1910. « La Huamblín, une goélette de soixante tonneaux, naviguait vent en proue avec son moteur auxiliaire, à proximité des Desertores, un groupe de six ou sept îles qui forment le dernier vestige de l’archipel de Chiloé, ultimes lieux habités avant l’immensité solitaire des mers du Sud », écrira-t-il dans Tierra del Fuego. Francisco Coloane grandit dans cette île à l’identité forte et dans une Patagonie encore isolée du centre du Chili, le bout du monde pour les habitants de la capitale Santiago. Il est entouré de pêcheurs au long cours, de chasseurs de phoques et de baleines, un monde peuplé des légendes de la région racontées au coin du feu par les indiens.

Plus grand, il s’essaie à quantité de métiers, presque toujours en Patagonie et en Terre de Feu, presque toujours près des marins, voire comme marin. La mer, la nature, les hommes du monde austral occuperont une place centrale dans les nouvelles et les romans qu’il va ensuite écrire, séduisant de jeunes lecteurs bien avant la critique. Son style simple et sans fioritures, en accord avec l’homme humble qu’il reste, dépeint souvent le monde rude des premiers habitants, indiens ou colons, de l’extrême austral de l’Amérique: « Le môle de Punta Arenas, tapissé de neige, s’enfonçait comme une ombre blanche dans la mer et dans la nuit. Le long de l’embarcadère, la Micalvi n’attendait plus, pour appareiller, que le chargement d’une expédition de chercheurs d’or qui se rendaient aux îles Lennox et Picton. » (Nouvelle La partie immergée de l’iceberg, dans Tierra del Fuego)

Francisco Coloane finira par s’imposer comme l’auteur de récits d’aventures du Chili, un écrivain au long cours souvent comparé à Herman Melville, Jack London ou Joseph Conrad. En 1964, il reçoit le Prix national de littérature du Chili, première distinction dans son pays, qui sera suivie d’autres. En France il est fait chevalier des Arts et lettres. S’il s’est fait connaître avec Le dernier mousse, ce sont Cap Horn, Tierra del Fuego et Le Golfe des Peines qui restent comme la trilogie incontournable.

Francisco Coloane est mort en 2002 à Santiago. Il est bien sûr honoré dans son village natal de Quemchi, où est signalée la maison de son enfance et où son buste sculpté trône en bonne place. Son nom a aussi été donné au parc marin de la péninsule de Brunswick qui protège la baleine à bosse.