Afloramiento des lamas, région de l’Altiplano 

La frontière entre le Chili et la Bolivie, et en particulier les régions arides de l’Altiplano, sont des lieux où le lama est un animal très important pour les communautés aymaras.

Durant la période estivale, le Nord du Chili pratique le floramiento del llama (fleurir le lama), fête traditionnelle appelée ‘‘wariño’’ ou bien encore ‘‘UywaK’illpaña’’. Par son origine préhispanique, ce rituel millénaire rejoint l’histoire et la culture même des communautés andines, basée sur la philosophie Aymara. Celle-ci réside sur des croyances de respect et d’unité avec la nature, mais aussi sur le symbolisme et l’importance du bétail.Le lama est l’un des seuls animaux à supporter les conditions climatiques extrêmes, il fournit notamment laine et viande aux habitants. Cette fête vise avant tout à  les protéger pour l’année.

Les festivités ont lieu durant les mois de janvier et février, période favorable pour la fertilité et la procréation du bétail. Durant ce rite d’environ 5 jours, les animaux sont parés de rubans de couleurs tressés et de pompons avant qu’un prêtre ne passe pour les bénir. Ces pompons sont composés de cinq couleurs disposées en fonction des familles. Les propriétaires bénissent ensuite leurs bêtes à leur façon en leur lançant des confettis, en les arrosant de vin ou avec leurs propres offrandes. De nombreuses prières sont de plus récitées. La dernière étape consiste à inviter les visiteurs à participer à la cérémonie. Des feuilles de coca leur sont données et doivent être disposées sur une table de culte d’une certaine manière.

Cette cérémonie mêlant sérieux, partage et chaleur humaine évolue au fil des années avec quelques changements en fonction des villages, mais son symbolisme reste intact.