fr
  • es
  • en

Voyage à Santiago du Chili. Information tourisme.

 

Quartiers, musées, parcs, bâtiments historiques.

Centre historique et civique

La plupart des musées et des banques ainsi que les plus anciens bâtiments de Santiago se situent dans le quartier historique, autour de la place d'Armes et de la place de la Constitución (palais de la Moneda). L'activité est intense en journée mais le quartier s'assoupit le soir et le week-end, lorsque bureaux et magasins ferment leurs portes. L'activité commerciale se concentre sur les rues piétonnes Paseo Ahumada et Paseo Huérfanos, jalonnées de galeries, de cafés et pâtisseries, et de quelques beaux édifices comme ceux du Banco de Chili et l'ex-hôtel Crillón. La place d'Armes est le lieu de fondation de la ville et le km 0 du Chili. Le dimanche, foire aux puces entre la place et l'Alameda dans la rue Estado.

Place d'Armes

La plupart des musées et des banques ainsi que les plus anciens bâtiments de Santiago se situent dans le quartier historique, autour de la place d'Armes et de la place de la Constitución (palais de la Moneda). L'activité est intense en journée mais le quartier s'assoupit le soir et le week-end, lorsque bureaux et magasins ferment leurs portes. L'activité commerciale se concentre sur les rues piétonnes Paseo Ahumada et Paseo Huérfanos, jalonnées de galeries, de cafés et pâtisseries, et de quelques beaux édifices comme ceux du Banco de Chili et l'ex-hôtel Crillón. La place d'Armes est le lieu de fondation de la ville et le km 0 du Chili. Le dimanche, foire aux puces entre la place et l'Alameda dans la rue Estado.

Cathédrale métropolitaine

Construite à partir de 1748 sur la place d'Armes, elle doit son style sobre à l'architecte Toesca, auteur de la façade néoclassique qui sera complétée en 1800 par deux tours. Trois nefs de plus de 90 mètres de long pour un ensemble majestueux en cours de rénovation complète (fin des travaux prévue en 2010). Petit musée d'art sacré.

Palacio de la Real Audiencia - Museo Histórico Nacional

Sur la place d'Armes, ce palais néoclassique d'influences toscanes a été construit à la fin de la colonie espagnole pour abriter le pouvoir judiciaire. Après l'indépendance, il a été le siège de plusieurs ministères jusqu'à leur transfert à la Moneda et, depuis 1982, celui du Musée historique national. Près de 70.000 pièces permettant de retracer l'histoire du Chili, à commencer par la période précolombienne puis la conquête, au rez-de-chaussée. À l'étage, collection de peintures illustrant les guerres d'indépendance, puis histoire du XXe siècle jusqu'en 1973, année du coup d'État. Musée fermé le lundi.

Museo Chileno de Arte Precolombino

Inauguré en 1981, ce musée exceptionnel se trouve dans le Palacio Real Casa de Aduana (XIXe siècle), à 100 m de la place d'Armes. Céramiques, sculptures, textiles, bijoux racontent l'histoire des peuples précolombiens, du Mexique à la Terre de Feu. Concernant l'exposition sur les ethnies du Chili, dans la salle Andes du Sud, elle présente les momies d'Arica de la culture chinchorro, qui remontent à 7.000 ans, ainsi que les statues funéraires en bois des Mapuches, les belles céramiques aux motifs géométriques des Diaguitas, les chapeaux à quatre pointes de la culture tiwanaku, les objets en fibres végétales remarquablement bien conservés par le désert d'Atacama, ou encore des quipus, l'étonnant système comptable des Incas. Face au musée, le Palacio de los Tribunales de Justicia, construit au début du XXe siècle dans un style néoclassique, est le siège de la Cour suprême. Ouvert à la visite du mardi au vendredi le matin.

Casa Colorada

L'une des maisons coloniales les mieux conservées de Santiago. C'est un notable, Mateo de Toro y Zambrano, qui l'a faite construire entre 1769 en 1779: le rez-de-chaussée était destiné aux activités de négoce, l'étage au logement de la famille. C'est ce même homme qui sera désigné président de la Première junte de gouvernement en 1810. La maison doit son nom à l'enduit rouge qui la recouvre et n'a été rajouté qu'à la fin du XIXe siècle. La Casa Colorada abrite le Museo de Santiago, un petit musée sur l'histoire de la ville (fermé le lundi).

Basilique de la Merced

Le premier temple construit en 1548 a été détruit par un tremblement de terre, à l'exception du portrait de la Vierge de la Merced. L'église actuelle date de la fin du XVIIIe, avec une participation de l'architecte Toesca, incontournable dans le centre de Santiago. La chaire en bois sculptée est l'une des œuvres les plus remarquables de la basilique, où sont enterrées plusieurs personnalités nationales. Un musée est installé dans le cloître, unique vestige de l'église construite au XVIe siècle. Art sacré mais aussi témoignages et objets sur l'évangélisation des indigènes, ainsi que des pièces de l'île de Pâques, dont une rare tablette en rongo rongo, cette écriture hiéroglyphique qui n'a toujours pas pu être déchiffrée.

Barrio cívico

En plein cœur historique de Santiago, le quartier civique abrite le Palacio de la Moneda, siège de la présidence, et un ensemble harmonieux de bâtiments construits dans les années 1930 destinés aux organes du pouvoir: ministères, armée, banques, etc. La Plaza de la Ciudadanía, du côté Nord de la Moneda, cache un complexe sur trois niveaux en sous-sols, le Centro cultural Palacio de la Moneda, où l'on trouve une exposition de l'artisanat chilien, des restaurants, la cinémathèque nationale, des galeries et un centre de documentation sur les arts. C'est bien sûr dans ce quartier névralgique que prennent place les statues des libérateurs José de San Martín et Bernardo O'Higgins. Ce dernier, père de la patrie, repose dans une crypte.

Palacio de la Moneda

Lorsque l'architecte italien Joaquín Toesca entreprend la construction de ce palais néoclassique en 1786, il est destiné à la Casa de la Moneda (hôtel de la monnaie) de la royauté. Ce grand bâtiment austère devient résidence des présidents de la République à partir de 1846, après l'indépendance du Chili, puis siège de la présidence. Le 11 septembre 1973, les militaires putschistes menés par Augusto Pinochet bombardent puis assiègent le palais, où le président Salvador Allende trouve la mort. Le palais ouvre ses portes au public le 28 mai et il est possible, tous les jours de 10h à 18h, d'en traverser les cours, le Patio de los Cañones et le Patio Los Naranjos avec ses beaux orangers.

Universidad de Chile et Club de la Unión

De style néoclassique français, le bâtiment de l'Université du Chili est l'un des plus beaux de la capitale construits au XIXe siècle, grande époque de développement architectural de Santiago. C'est le siège du rectorat. En face, de l'autre côté de la large avenue Alameda Bernardo O'Higgins, le Club de la Unión, un bel édifice construit au début du XXe siècle, met ses élégants salons à disposition des réceptions de personnalités. Malheureusement, il faut être chaperonné par un membre du club pour pouvoir l'admirer de l'intérieur.

Église San Francisco

Voici le seul bâtiment du XVIe siècle à avoir résisté aux tremblements de terre et incendies. Les franciscains s'étaient engagés à construire un temple et un couvent sur le pâté de maisons ayant appartenu à Pedro de Valdivia, le fondateur de la ville. L'église a été commencée en 1586 et terminée en 1618, avec une grande façade en pierre rouge. Plafond d'influence mudéjar doré et polychromé, image de la Virgen del Socorro, chaire en bois, diverses œuvres d'art de l'époque coloniale. Magnifique jardin dans le cloître et musée d'art sacré avec une salle dédiée à la poétesse Gabriela Mistral, avec sa médaille de prix Nobel de littérature.

Quartier París-Londres

Dans les anciens jardins du couvent San Francisco ont été érigés de toutes pièces ces quatre pâtés de maisons dans les années 1920. Des maisons de styles divers (néocolonial, Renaissance, Beaux-Arts…) dans des rues étroites et pavées évoquant de vieux quartiers européens, hébergeant aujourd'hui ateliers d'artistes, hôtels et restaurants.

Théâtre municipal

Concerts, opéra, ballets sont programmés d'avril à novembre dans le Teatro Municipal, principale salle de spectacles classiques de Santiago. Il a été construit entre 1853 et 1857 par l'architecte français Brunet des Baines, avec la collaboration à distance de Charles Garnier, auteur de l'Opéra de Paris. Comme beaucoup de bâtiments de Santiago, il a été quasiment détruit par un incendie, quelques années plus tard, et reconstruit par un autre Français, Lucien Hénault. Nouvelle restauration après le tremblement de terre de 1906, cette fois par le français Doyere, qui a respecté le tracé original. Le théâtre dispose de trois corps stables: ballet, chœur et orchestre philharmonique.

Bibliothèque municipale

Grand bâtiment d'influence française qui occupe tout un pâté de maisons (Alameda et Miraflores) et se veut l'une des plus grandes bibliothèques d'Amérique du Sud. La salle Medina, avec ses chaleureuses boiseries et galeries, conserve la collection d'imprimés de l'époque coloniale la plus importante d'Amérique latine. Visites guidées pour ceux qui le souhaitent.

Cerro Santa Lucía

La colline de 629 mètres qui surplombe le quartier historique et le río Mapocho n'a plus de valeur stratégique depuis la fin des guerres d'indépendance. Ce grand parc public est un lieu de promenade agréable la journée (à éviter le soir), entre jardins et fontaines, pour s'isoler un peu de l'intense activité de la capitale. On peut y accéder par la Alameda O'Higgins, en faisant éventuellement un arrêt au Centre d'exposition d'art indigène avant d'emprunter l'escalier monumental. On peut encore voir les deux forts espagnols, Marcó del Pont et Santa Lucía, rebaptisé Castillo Hidalgo. Les douze coups de midi sont traditionnellement tirés du sommet.

Quartier Lastarria

Le mini quartier artiste et bohème de Santiago, coincé entre le Cerro Santa Lucía et le Parque forestal. Les intellectuels ont commencé à s'y intéresser à la fin du XIXe siècle et le quartier a gardé cette tendance, autour de la place Mulato Gil de Castro, où il est bien agréable de prendre un verre en terrasse. Du jeudi au samedi, foire aux puces et bouquinistes, et, tous les jours, ateliers d'artistes, galeries, centres culturels, librairies et deux musées: le Museo arqueológico de Santiago et le Museo de Artes Visuales (MAVI), un beau musée d'art contemporain.

Parque Forestal

Le Parque Forestal s'étire le long du río Mapocho, offrant de grandes promenades à l'ombre des platanes et plusieurs édifices et monuments intéressants, dont le Musée des beaux-arts, mais aussi la Casa Velasco, l'une des rares maisons coloniales de Santiago. Son rez-de-chaussée date de 1730 et il faut faire un petit détour par la rue Santo Domingo pour l'admirer. Ou la Posada del Corregidor, construite entre 1750 et 1765, d'une élégante sobriété avec son étage agrémenté d'une galerie. La structure métallique du marché central date elle de la fin du XIXe siècle; elle a été fabriquée en Angleterre, transportée en pièces détachées et montée sur place, à l'origine pour accueillir des expositions d'art. À l'intérieur, plusieurs dizaines de restaurants qui ouvrent dès l'aube, où il est conseillé de goûter au poisson et aux fruits de mer. Enfin, la belle gare Mapocho, construite en France, a été transformée en centre culturel dans les années 1990 (concerts, théâtre, danse, etc.).

Museo Nacional de Bellas Artes

Dans le Parque Forestal, le Musée des beaux-arts (MNBA) a été construit au début du XXe siècle par Emilio Jéquier, dans un style néoclassique français inspiré du Petit Palais à Paris, pour servir de musée et d'école des beaux-arts. Collection permanente de peintures, sculptures, gravures de l'époque coloniale jusqu'à nos jours et expositions temporaires. Le hall central est couvert d'une grande coupole en verre. Fermé le lundi. Le Palais des beaux-arts accueille également le Museo de Arte Contemporáneo (MAC) avec des œuvres de Matta, Román, Balmes, Guayasamín, Pettoruti, Obregón, etc. Face à l'entrée, sculpture du Colombien Botero.

Parque Almagro

Quatre pâtés de maisons au Sud de la Alameda O'Higgins, le parc Almagro est encadré par deux monuments: le Palacio Cousiño et la basilique. Le palais a été construit par la riche famille Cousiño à la fin du XIXe siècle, sur les plans de l'architecte français Paul Lathoud. Une demeure fastueuse dans laquelle tous les matériaux et la décoration avaient été importés d'Europe. C'est aujourd'hui un monument national ouvert à la visite guidée (fermé le lundi). La Basílica del Santísimo Sacramento est une copie libre du Sacré-Cœur de Montmartre, à Paris. Immense crypte sous l'église. La rue Dieciocho, entre l'Alameda et le parc Almagro, est bordé d'autres belles résidences des années 1900.

Quartier Brasil et Quinta Normal

À l'Ouest de la Moneda, le quartier Brasil, longtemps délaissé, a suscité dans les années 1990 l'intérêt d'artistes à la recherche d'espace et de tranquillité. Ils ont redonné vie et ambiance populaire au quartier, notamment le soir autour de la Plaza Brasil. Quant à la Quinta Normal, un peu plus à l'Ouest, il s'agit d'un grand parc public, très fréquenté le week-end, où l'on trouve: un lac où l'on peut faire du bateau, des terrains de sport, le musée national d'histoire naturelle, le musée de science et technologie, le musée ferroviaire. Et, à l'extérieur du parc, le musée Artequín, dans l'ancien pavillon du Chili de l'Exposition universelle de 1889 à Paris, qui se propose de développer le goût pour l'art à travers un programme interactif.

Cerro San Cristóbal

Avec ses 880 mètres (320 m plus haut que la place d'Armes), le Cerro San Cristóbal offre une splendide vue sur la ville et la cordillère des Andes. Au sommet, le sanctuaire de l'Immaculée Conception est l'un des symboles de Santiago. Balade agréable dans les parcs et jardins aménagés, notamment le parc métropolitain et ses 712 hectares. De Bellavista, on peut monter en funiculaire jusqu'à la statue, poursuivre en téléphérique et redescendre dans le quartier Providencia. Egalement le zoo national, une piscine creusée dans la roche, un jardin botanique et un musée du vin.

Quartier Bellavista et Maison de Neruda

Entre le río Mapocho et le Cerro San Cristóbal, le quartier Bellavista est devenu l'un des quartiers les plus animés le soir ces dernières années. Petits théâtres, galeries d'art, ateliers d'artisanat de bijoux en lapis-lazuli, la pierre nationale, bars et restaurants dans des petites rues bordées de maisons avec jardin. La rue Pio Nono est la colonne vertébrale de ce quartier bohème et alternatif. La Chascona, ancienne maison du poète Pablo Neruda, a été transformée en musée et fondation. On peut y voir les tableaux de ses amis Matta, Siqueiros, Rivera… et surtout les souvenirs éclectiques du couple et son goût pour la décoration imaginative, dans ces trois maisons accrochées à la montagne au milieu de la végétation.

Quartier Providencia

Quartier résidentiel chic et tranquille il y a un siècle, Providencia est devenu l'un des centres d'affaires et de commerces de la capitale. Après l'office principal de tourisme (Sernatur) se succèdent centres commerciaux et immeubles résidentiels le long des avenues Providencia et 11 de Septiembre. De plus en plus d'animation le soir dans les pubs, bars et restaurants qui ont ouvert ces dernières années dans les rues Suecia et General Holley. Les plus anciennes (début XXe) maisons du quartier se situent sur l'avenue Pedro de Valdivia.

Quartiers El Golf et Las Condes

En continuant en direction de la cordillère se situent les quartiers les plus chics de Santiago, avec de grandes villas et des immeubles modernes. Boutiques et restaurants élégants, ambassades et sièges de grandes entreprises ont valu à Las Condes le surnom de "Sanhattan".

Pueblito Los Dominicos

Ce petit village artisanal de la commune de Las Condes dans le Gran Santiago de Chile regroupe plus de 160 ateliers-boutiques dans un cadre naturel et accueillant. Depuis maintenant trente ans, des artisans de tous types (sculpteurs, peintres, céramistes, ébénistes, etc.) ont pris leur quartier à proximité de l'église de San Vicente Ferrer avec l'accord de l'Ordre de Los Dominicos qui a donné son nom au village. Outre ses boutiques, le village propose également des concerts, pièces de théâtre, un jardin botanique et plusieurs restaurants.