Chili: la sécurité et les indispensables

Informations pratiques sur les vêtements nécessaires, mais aussi sur la connexion et la sécurité une fois au Chili.

Sécurité

Le Chili est réputé l’un des pays les plus sûrs d’Amérique latine, donc pas d’inquiétude particulière. Néanmoins il est conseillé, comme partout, de prendre un minimum de précautions: ne pas laisser d’objets de valeur à la vue de tous; dans les lieux très fréquentés, ne pas laisser un appareil photo ou une caméra ou son argent dans un sac à dos qu’il serait facile d’ouvrir sans que son propriétaire ne s’en rende compte; dans les bars ou restaurants, ne pas laisser ses affaires sans surveillance; ne pas changer d’argent dans la rue mais dans les lieux identifiés à cet effet (maisons de change, banques); ne pas laisser ses bagages visibles dans une voiture sans surveillance; laisser papiers, billets d’avion et réserves d’argent en sécurité dans un coffre à l’ hôtel plutôt que de se promener avec; photocopier les documents indispensables et les conserver dans un lieu différent des originaux, c’est utile en cas de vol.

En cas de perte ou de vol de passeport, il est vivement conseillé de prévenir tout de suite le consulat afin d’obtenir de nouveaux papiers à temps. Vous pouvez vous rendre :
– Au Consulat général de France au Chili
Adresse : Condell 65 – Providencia – Santiago
Tel : [56] (2) 24 70 80 00
– Aux Consuls honoraires au Chili situés dans les villes d’Antofagasta, La Serena, Valparaiso-Viña del Mar, Concepción, Temuco, Osorno et Punta Arenas.

Concernant la sécurité en montagne, Chile Excepción recommande de ne jamais s’aventurer en altitude et dans des lieux difficiles sans guide. Il est conseillé aux intrépides de prévenir et d’indiquer leur itinéraire aux carabiniers ou au Corps de secours andin (Cuerpo de socorro andino) joignable par téléphone au 136. Numéros d’urgence (gratuits): 132 pour les pompiers (bomberos) et 133 pour la police (policía).

Quelles affaires emporter au Chili ?

En montagne, dans le désert d’Atacama ou sur l’Altiplano, les variations thermiques entre le jour et la nuit sont très importantes et rapides. La température de l’air diminue plus on prend de la hauteur. Elle diminue en moyenne de 6.5°C tous les 1.000 m ou de 1°C tous les 150 m. Le rayonnement ultraviolet est plus intense en altitude donc il faut se protéger la peau et les yeux. Ce rayonnement est multiplié par 2 ou 2,5 à 4.000 m. Plus on monte, plus l’air est sec, ce qui augmente la sensation de soif et augmente donc les risques de déshydratation. A 2.000 m, l’humidité relative a diminué de 50% par rapport au niveau de la mer et 75% à 4.000 m. Un vent de 80km/h multiplie par 3 les effets du froid et l’humidité de 7 à 14 fois, selon le vent.

Il est donc recommandé d’emporter vêtements d’été comme d’hiver : chapeau, chaussures de sport, lunettes de soleil, crème solaire, baume pour les lèvres, vêtement de toile léger, ainsi que vêtements très chauds de type veste en goretex avec capuche, veste en laine polaire, chaussures de trekking étanches, bonnet et gants de laine, moufles goretex et sous-vêtements thermiques. Si vous êtes intéressés par la faune, nous vous conseillons également d´apporter une paire de jumelles pour une meilleure appréciation.

Dans les régions centrales, le climat est plus tempéré, sauf en altitude. L’été est sec et chaud, pluies fréquentes en hiver. Sur le littoral, le climat est de type méditerranéen, avec peu d’amplitude thermique au long de l’année. En Patagonie, si les journées d’été peuvent être chaudes et agréables, ne pas oublier de prévoir des vêtements chauds pour le soir ou en cas de forte chute des températures.

Penser également aux vêtements imperméables, notamment pour la Patagonie des lacs. En Patagonie australe et Terre de Feu, le froid est plus rigoureux et les vents parfois violents : se munir de vêtements bien chauds et de coupe-vent. Enfin, sur l’île de Pâques, le climat est de type subtropical, avec des températures clémentes toute l’année ; n’oubliez pas un imperméable, mais il n’est pas utile de trop vous couvrir.

Comment se connecter au Chili ?

La langue officielle du Chili est l’espagnol, le « castellano ». Cet espagnol chilien a bien sûr ses particularités, ses « chilénismes », mais rien d’insurmontable pour ceux qui ont appris cette langue dans un autre pays. ?Plusieurs communautés indiennes pratiquent toujours leur langue, qui est officiellement reconnue dans ses régions d’origine et autorisée comme moyen d’instruction et de communication. Ces langues sont le mapudungun des Mapuches (Patagonie des lacs, région de Santiago), l’aymara (Nord), le quechua (Nord) et le rapanui (île de Pâques).

Electricité
Au Chili, les prises de 210-220 V accueillent 3 petites fiches. Les appareils européens avec 2 petites fiches peuvent donc s’adapter.

Téléphone
Le fait de posséder un cellulaire tri ou quadri bandes permet de capter la majeure partie des standards du monde. Lorsque l’on descend de l’avion à Santiago, on connecte son téléphone et il recherche alors automatiquement un réseau local. Votre opérateur a normalement un accord avec au moins un opérateur par pays. Au Chili, les opérateurs sont Movistar, Entel et Claro.

Décalage horaire
Le Chili a deux fuseaux horaires: l’un pour le Chili continental et antarctique, qui correspond au méridien 60°W, et l’autre pour le Chili insulaire, qui correspond au méridien 90°W, pour l’île de Pâques. Lorsque l’horloge affiche 10 heures à Santiago, elle affiche 8 heures à Hanga Roa.