Dessine-moi des paysages…

Croisière Skorpio III: dessine-moi des paysages…
5 5 1 1

Nous avons fait un très beau voyage : le Chili du sud au nord. Un mois vertigineux… tellement ce pays offre de paysages, de lumières changeantes et différentes, d’espaces et perspectives aux horizons qui changent l’échelle à laquelle nous sommes habitués…

Après quelques jours à Santiago et Valparaiso, nous avons embarqué à bord de Skorpio III…

Dans la cabine, à bord du Skorpio – photo PL

Le simple fait d’être sur l’eau donne déjà une impression nouvelle. Depuis l’eau, observer des paysages qui défilent à la vitesse juste, celle qui permet de passer d’une vision d’ensemble à la surprise de certains détails, est une sensation par laquelle on se laisse vite envahir. De plus on peut choisir les angles de vues. Depuis sa cabine (nous avions une très belle cabine au pont Parthénon partagée avec notre fille qui termine ses études à Santiago, position « stratégique » parce qu’au niveau des salons et bar ) ou depuis les différents ponts supérieurs.

Et il y a la découverte de ces fjords patagoniens où le vent règne en maitre, parfois violemment et qui chaque fois vous amène au pied de ces majestueux glaciers, grands géants (presque) immobiles. Ils jouent avec la lumière. Et c’est quand le ciel est le plus gris qu’ils révèlent toute la palette de leur « bleu ». Étrange et envoutant.

Au pied du glacier – photo PL

Là, Skorpio met en panne, jette l’ancre et les chaloupes nous embarquent pour approcher au plus près ces géants qu’on entend craquer et observer la chute de blocs énormes qui vont alimenter la foule des growlers que SKORPIO III a dispersés dans son approche. Puis un peu de marche qui nous faire mesurer l’échelle des lieux, marche alimentée par les commentaires pertinents de nos guides.

Et lors d’une de ces sorties, nous avons dégusté un whisky avec des glaçons « AOP glacier local »… Ça change tout.

Dans ces navigations, nous avons eu la chance d’observer le ballet joueur de quelques marsouins. Plus tard, dans une petite expédition de découverte d’un archipel en chaloupe, nous avons approché une mère et son petit lion de mer… Et partout des oiseaux, comme ces cormorans accrochés aux falaises ou sur l’eau qui plongent pour nous échapper.

Cormorans – photo PL

A bord, la vie est rythmée par le rituel des repas. Et chaque journée commence par un message sonore qui vous happe dans votre cabine : le speaker imite le « cuicui standard » d’un oiseau et chantonne une chansonnette à base de « wake up » plein d’humour. Et il ne fait pas bon prendre trop de liberté avec les horaires. Sinon, c’est au choix : pas de petit déjeuner – excellent et copieux – ou pas d’excursion en chaloupe ! Autant vous dire qu’il n’y a eu aucune défection !

Déjeuner et dîner sont des fêtes tant les repas sont variés. On vous propose les menus à chaque repas précédent. C’est réglé comme du papier à musique : service discret et dans un timing parfait.
Vous êtes à table avec les mêmes convives pendant toute la croisière. Pour ce qui nous concerne, nous avons eu la chance de la partager avec deux couples charmants : australien (Perth) et israélien (Tel-Aviv). Gros progrès en anglais assurés ! Nous retrouverons nos Israéliens bien plus tard au pied d’une cascade dans le Torres del Paine.

Fjords de Patagonie, Chili  – photo PL

Nous avons eu la possibilité de partager pendant un moment le saint des saints : la timonerie de notre vaisseau avec les honneurs du Capitaine et son second. Certains se sont même assis dans le fauteuil du Pacha et certain(e)s ont eu droit à sa casquette… suprême honneur… ou coquetterie !

Enfin – croisière oblige – la soirée du Capitaine. Rituel bon enfant avec discours du Pacha qui a présenté son équipe, buffet pantagruélique et bal. Pas ou très peu de robes longues, pas de nœuds pap’ et très peu de cravates. Détendu et joyeux.

Trois jours et trois nuits (sur un bateau, elles comptent presque autant que les jours) inoubliables… sans compter le Pisco à volonté ! Que ceux qui n’en ont jamais bu nous jettent le premier glaçon !

Pierre et Bérengère LANSAC – LYON