Les Changos : pêcheurs du Nord du Chili

Ce peuple nomade occupait le Nord du Chili au IXe siècle.

La pêche, l’activité centrale des Changos

Les Changos étaient de petite taille, avec une taille moyenne d’environ 1.60 m pour les hommes et seulement de 1.45 m pour les femmes. Ne cultivant pas la terre, la principale activité de ce peuple était la pêche, dans laquelle ils excellèrent, avec notamment des embarcations sophistiquées.

Pour construire une seule embarcation, quatre lions de mer mâles étaient nécessaires. Une fois les lions de mer tués, leurs peaux étaient d’abord mise dans de l’eau douce afin de les ramollir, puis étaient coupées en forme de grosse poche. Celle-ci était alors gonflée avec une tige de roseau introduite dans l’une des pointes. Une fois la poche remplie d’air, les Changos retiraient la tige, cousaient le trou puis enduisaient la couture d’huile et de graisse de lion de mer pour la sceller et l’imperméabiliser.
Un radeau était ainsi formé grâce à ces deux poches dont les extrémités étaient attachées par des cordes. Au centre, une plateforme en bois prenait place sur les deux poches, et pouvait accueillir jusqu’à quatre personnes.
En apparence fragile, ce type d’embarcation permettait aux Changos de rester plusieurs jours en mer, et leur permit même d’atteindre le Sud du Chili actuel.

Les Changos possédaient également de bons outils pour la pêche. Ils utilisaient surtout des harpons, réalisés à partir d’os et attachés par une ficelle de cuir, et des hameçons.

Habitats et coutumes des Changos

Leurs habitations étaient, tout comme le matériel de pêche, fabriquées à partir de peaux d’animaux marins. Elles étaient montées puis démontées en fonction des saisons et des changements de lieux de vie des Changos. Les Changos croyaient en une vie après la mort, c’est pourquoi leurs morts étaient enterrés avec leurs outils de pêche et de chasse.

Il semble que les Changos n’aient pas très développé leur habitat et ce soit davantage focalisé sur la mise en place de matériel efficace pour la pêche. De plus, étant un peuple nomade, leurs habitations n’étaient pas construites dans un objectif durable, ce qui explique peut-être que les archéologues aient trouvé moins d’éléments concernant leur habitat, au contraire de leur embarcations.

																	  																  

L’extinction des Changos

Les Changos ont survécus en petits groupes jusqu’à la fin du XIXe siècle, il semble qu’ils soient morts de maladies et d’infections.