1er mars 2022

 

Le Tatio possède près de 80 geysers, soit 8% des geysers de la planète. C’est le plus grand site d’Amérique du Sud et l’un des plus vastes au monde. Son nom, en atacameño, signifiant ‘‘le grand-père qui pleure’’ porte bien son nom. Ces anciennes sources d’eau chaudes situées dans le désert d’Atacama sont un incontournable du Chili. On vous emmène découvrir ces indomptables phénomènes de la nature, qui ne nous ont pas laissés de marbre.

La Cordillère des Andes et son désert recèlent de surprises. Des mystérieux geysers y logent et attirent tout type de visiteurs. Rares, ces geysers sont présents tout près de San Pedro de Atacama. Ce champ géothermique est à ce jour le plus haut du monde, culminant à 4200 m d’altitude. Les plus sensationnels se produisent à partir de 6-7 heures du matin. Nous sommes véritablement curieux et enthousiastes à l’idée de participer à ce spectacle fantasmagorique. Nous partons donc pour notre première excursion avant l’aube.

Arrivés sur les lieux, nous nous préparons à sortir car les températures sont glaciales, à -12°C. Les vitres du véhicule ont même eu le temps de geler en quelques minutes ! Nous remarquons au loin le coup d’envoi des geysers, accompagnés de ses premiers visiteurs : la fumée et l’eau jaillissent à toute vitesse. Les majestueux volcans Tatio et Linzor en fond de toile se réveillent en même temps que nous.

Nous nous approchons afin d’examiner la scène. Notre guide intervient pour expliquer certains points techniques du lieu. Il est interdit de s’approcher ni de toucher les parois de ces structures rocheuses. En effet, lorsque l’eau atteint son point d’ébullition, la température avoisine les 90°C ! Il nous informe sur les deux types de geysers existants : le geyser fontaine, provenant d’un cône fin et étroit puis le geyser gazeux, provenant d’une plus grande source d’eau chaude.

Puis, notre guide nous communique des informations supplémentaires sur d’autres phénomènes paravolcaniques présents aux alentours de ces geysers : les fumerolles, des sortes de cheminées qui laissent évaporer de l’eau, des sources d’eau chaude, des mares de boue et enfin des mofettes, des espèces de puits d’eau chaude à gaz parfois toxique. Nous avons ici affaire à diverses fumerolles, toutes de tailles différentes. Quant aux geysers, ces derniers pointent de nouveau le bout de leurs nez comme étant le clou du spectacle.

Nous continuons notre périple pour aller dans un autre site du Tatio. Le soleil se lève, nous allons pouvoir les admirer sous un autre angle. En cours de route, nous apercevons un troupeau de vigognes. L’endroit est tout aussi impressionnant, avec des couleurs à faire pâlir un peintre.

Nous décortiquons les principaux éléments du paysage : de nombreuses fumerolles s’activant aux rayons du soleil. Ces colonnes de vapeur peuvent mesurer jusqu’à 7 m de hauteur. Les geysers plus au loin donnent leurs plus belles représentations. Ce qui nous a le plus surpris durant cette deuxième excursion fut la quantité de mares de boue aux couleurs flamboyantes.

Ces croûtes minérales sont sublimées avec le temps, grâce à l’activité volcanique de la zone. Ces couleurs proviennent donc de l’ébullition et de la dilution des minéraux, notamment à diverses roches argileuses. Nous regardons chaque endroit comme des toiles dans un musée à ciel ouvert. Nos pupilles sont ravies mais nos corps, engourdis par le froid, ont besoin de se relaxer.
C’est alors dans ce décor féérique que nous décidons d’aller dans les fameuses sources d’eau chaude. Les températures ayant augmenté, il est plus facile de se changer. Nous profitons de cette eau chauffée par les geysers et de ses bienfaits thérapeutiques. Le plus dur est de sortir de l’eau, mais cela est vite oublié grâce au petit-déjeuner qui nous attend.

Notre trajet de retour s’effectue sans encombre et en douceur sur la Ruta del Desierto (Route du Désert). Nous passons devant le Río Putana. Nous restons bluffés face au contraste entre l’aridité de l’endroit et la rivière aux reflets bleu océan, dont l’ensemble s’accompagne de glace. Nous apercevons de nombreux oiseaux, faune qui s’était faite discrète depuis le début de la matinée. Pour terminer en beauté, nous nous arrêtons au village de Machuca, ancien village atacameño, afin de goûter à leurs empanadas et brochettes de lama avant de revenir sur San Pedro.

Notre balade dans le désert d’Atacama nous a ouvert les yeux sur ce que ce que la nature a à nous offrir. Cet endroit à la fois isolé et à priori hostile, nous montre une nouvelle facette et nous grave des souvenirs à jamais oubliés.

 

Marilys T.

Carnet pratique

Comment y aller ? Depuis San Pedro de Atacama, compter une heure et demie de trajet.

Conseils pour l’excursion : s’habiller chaudement, prendre ses précautions face au mal des montagnes et emporter des lunettes de soleil. Si le circuit comprend les sources chaudes, ne pas oublier le maillot de bain et la serviette. Pour profiter un maximum des geysers et des fumerolles, partir 2 heures avant le lever du soleil.

Un circuit ? Séjour à San Pedro de Atacama, Circuit dans l’extrême Nord

Diaporama

Découvrez tous nos articles

error: Contenu est protégé.