Chili : le téléscope ALMA opérationnel.

26 juin 2014Astronomie

Le télescope ALMA, le plus grand complexe astronomique au monde, a déployé l’intégralité de ses antennes dans le désert d'Atacama.

Après plus de 10 ans de travaux, le télescope ALMA (Atacama Large Millimeter/Submillimeter Array) est enfin opérationnel dans son intégralité. Plus grand complexe astronomique au monde, il devrait aider l’humanité à observer son environnement comme jamais.

Ce projet d’envergure internationale, débuté en 2003, est le fruit d’une association entre l’Europe, les Etats-Unis et le Japon, qui ont investi un milliard d’euros dans sa construction.

Atacama a été choisi pour accueillir ce projet colossal car il pleut rarement dans cette partie du globe, ce qui facilite l’observation. En outre, comme il est situé près de la ligne de l’Equateur, ALMA peut observer une grande partie de l’univers, dont certaines zones encore inexplorées du cosmos.

Le centre des opérations est situé à 2 900 m d’altitude, à une quarantaine de kilomètres de la ville touristique de San Pedro de Atacama. ALMA se compose d’un réseau de 66 radiotélescopes, qui reliés entre eux équivalent à un télescope de 16 km de diamètre. Ainsi, non seulement il capte la lumière, mais également les ondes millimétriques et submillimétriques, de sorte que le dispositif astronomique peut fonctionner de jour comme de nuit. Sa puissance lui permet par ailleurs de pénétrer les nuages de poussière, là où la plupart des télescopes normaux n’ont pas accès.

Les informations capturées par ces antennes sont combinées et traitées dans le Corrélateur, un ordinateur géant spécialement conçu pour ALMA et considéré comme le plus puissant du monde, avec une capacité similaire à celle de 3 millions d’ordinateurs normaux.

Un des objectifs les plus ambitieux de ce projet est l’observation de galaxies à des millions d’années-lumière, ces dernières abritant des nuages de poussière cosmique et des roches à l’origine de la formation des planètes et des étoiles.

ALMA sera également un outil unique pour les exobiologistes, puisqu’il permettra d’étudier les conditions possibles de vie dans d’autres systèmes solaires.

La mise en place d’un tel dispositif constitue une véritable révolution dans le monde de l’astronomie, et pourrait aider à lever le mystère sur l’origine de l’univers.